Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Contes et récits

  • Conte : Ce soir c’est Noël !

    Veillée du 24 décembre 2016

    Conte : Ce soir c’est Noël !

    Reprise de :

    http://clamans.hautetfort.com/archive/2013/12/23/conte-ce-soir-c-est-noel-5253961.html

  • Le recensement qui compte…

    Luc 2

    18.12.2016

    Le recensement qui compte…

    Luc 2 : 1-18     Mat 2 : 1-6

    Saynète jouée par un groupe de 16 enfants

    Scène 1 :     

    Narratrice :      A Rome, l’empereur décide un recensement de tout son empire, il aime les chiffres et aujourd’hui lui paraît un bon jour pour comptabiliser les sujets de son grand empire. Aujourd’hui, c’est le 27 du mois de Quintilis, il sait qu’il faut s’y prendre bien à   l’avance car cela prendra un certain temps et pour la fête du solstice d’hiver les comptes devront être bouclés.

    Centurion :      Soldats, je compte sur vous! L’empereur compte sur vous pour une mission qui sera une mission de grande envergure, le recensement de toutes les personnes de tout son empire.

    Soldat : Et comment allons-nous nous y prendre ? Faut-il vraiment compter tout le monde, hommes, femmes, enfants, esclaves ?

    Centurion :      Non, bien sûr, je veux des chiffres de valeurs sûres : vous compterez les hommes           d’abord ; il m’importe peu de connaître le nombre d’esclaves, d’enfants et d’étrangers bien entendu. L’empereur veut un empire romain fort, solide et sûr. Vous compterez donc d’abord les hommes. Si cela vous pose problème, je peux trouver d’autres soldats pour vous remplacer. J’ai des lions qui ont faim pour ceux qui refusent…

    Tous les soldats : Bien, à vos ordres !

    Soldat :            Bon, il ne faut pas traîner, sinon les lions ce sera pour nous.

    Narratrice :      Le centurion envoie des soldats dans toutes les régions de l’empire pour faire ce recensement.

    Chant : Ils ont marché aux pas des siècles.

    Scène 2 :   

    Narratrice :      A Rome le recensement se met rapidement en place, mais dans les provinces éloignées c’est plus compliqué, les centurions ont convoqué leurs chefs de dizaines et organisé une formation d’une journée, comptabilisée en formation continue :

    Centurion :      Soldats, il n’y a pas de temps à perdre, la formation sera brève, parce que la       tâche est simple et que vous êtes des hommes vaillants. Pas compliqué. Voici la marche à suivre : Point 1 : Donnez des instructions claires et précises à vos employés. Point 2 : Fournissez stylos et papiers en nombre suffisant. Point 3 : Faites noter les consignes : seront comptabilisés les hommes seulement. Parmi les hommes, on ne consignera ni les étrangers, ni les sans domicile-fixe, ni esclaves. A chaque homme correspondra un trait sur le papier. Pour les femmes ce sera un demi-trait et pour tous les autres 0. Questions ?

    Soldat : Oui, chef, comment y sera le trait pour un homme ?

    Centurion :      Comme un bâton, il me semble que c’est cela qu’on vous a appris au berceau, non ?...Viens au tableau : un trait pour un, 2 traits pour 2, 3 traits pour 3, un trait devant le V pour 4. Le V tout seul pour 5.

    Narratrice :      La formation est terminée ; tout le monde sait qui il faut compter et comment. Et chacun part dans une région de l’empire, comme l’a décidé l’empereur, pour y recenser les habitants.

    Lecture biblique : Recensement. Luc 2, 1 à 5

    Scène 3 :   

    Narratrice :      Il y a 2000 ans, à peu près, à Bethléem, étaient assis des recenseurs. Vous savez, ceux qui doivent inscrire les gens selon l'ordre de Rome, ceux qui doivent compter pour que Rome puisse dénombrer chaque individu. Ils sont réunis, ce matin-là, autour de leur chef qui leur rappelle brièvement les consignes :

    Recenseur :     Souvenez-vous : un homme vaut un point. Une femme vaut un demi-point, car il faut deux femmes pour faire un homme. Un enfant c’est zéro ne le comptez pas, car cela ne vaut pas encore grand-chose. Un étranger zéro, rien, il n'est pas d'ici. Est-ce bien clair ?

    Les soldats:     Oui chef !

    Recenseur :     Bon alors toi, tu te postes à l’entrée de ce chemin là-bas. Toi tu vas à la voie romaine. Vite dépêchez-vous, là-bas il y a des gens qui arrivent.

    Joseph :.         Marie, ça y est nous arrivons à Bethléem, nous allons trouver une place à l’hôtel et tu pourras te reposer un peu. Ah non on n’y est pas encore, là-bas il y a de nouveau un recenseur.

    Recenseur :     "Nom et lieu d'habitation ?"

    Joseph :          Moi c’est Joseph et voici ma femme Marie. Elle attend un enfant. Vous savez, nous venons de Nazareth et le chemin a été long. Nous sommes très fatigués et nous cherchons un hôtel pour…"

    Recenseur :     (l’interrompt) "Bon ça va ! J'ai les renseignements qu'il me faut : un homme « +un », une femme "+un demi", un bébé dans le ventre "0", lieu d'habitation "Nazareth". Vos problèmes, ce n'est pas mon problème. Alors passez, j'ai du travail." Au suivant :

    Aubergiste :    Ah non, moi vous m’avez déjà compté, je travaille ici à Bethléem, je suis aubergiste, j’ai affaire, laissez-moi passez.

    Joseph :          Eh monsieur, ai-je bien entendu ? Vous êtes aubergiste ? Ma femme est enceinte, s’il vous plaît logez-nous.

    Aubergiste :    Ça va être compliqué, je crois que chez nous c’est complet, mais allez dans la maison là-bas il y a mon serviteur responsable des réservations pour les voyageurs, c’est lui qui a la liste de mes hôtels.

    Joseph (s’approchant du serviteur) : Bonsoir monsieur, il paraît que c’est vous qui allez pouvoir nous aider.

    Serviteur :       Que puis-je pour vous ?

    Joseph :          Ma femme est sur le point d’accoucher et nous cherchons une chambre.

    Serviteur :       Quoi mais c’est pas possible ça va déranger les autres clients et de toute façon tout est pris.

    Joseph :          Ah là, là, là,… qu’est-ce qu’on va bien pouvoir faire…

    Narratrice :      Heureusement la femme de l’aubergiste passe juste à ce moment-là pour lui apporter son repas…

    La femme :      Tenez mon fidèle serviteur voici votre repas, et vous, vous allez dans quelle chambre ?

    Marie :            Y a pas de place pour nous…

    La femme        (regardant son serviteur) : Mais on ne peut pas les laisser comme ça. On pourrait leur laisser l’étable. 

    Serviteur :       Heureusement que vous ne passez pas chaque fois que des clients me demandent une chambre, car je n’aurai même plus de lit pour moi ! Bon alors je vais vous montrer l’étable.

    Lecture: Luc 2, 6-7.

    Chant : Voici Noël

    Scène 4 :

    Narratrice :      Pendant ce temps au plus haut des cieux, c’est le stress.

    Dieu : Vite mes anges, on se dépêche, c’est mon fils unique qui va naître tout bientôt et je veux que tout soit parfait.

    Ange 1 :         Tout soit parfait laisse-moi rire ! Elle vient d’accoucher dans une étable !

    Ange 2 :          Oh l'ange grognon, ça suffit, dépêche-toi, viens avec nous l’annoncer aux bergers.

    Narratrice :      Les anges annoncent aux bergers la naissance du Fils de Dieu. Après discussion, les bergers se mettent en route pour aller voir le nouveau-né.

    Chant : Gloria de Taizé

    Lectures : Luc 2, 8-14.

    Scène 5 :

    Narratrice :      Pendant ce temps-là les recenseurs ne chôment pas, il faut dire qu’en ce temps-là on ne comptait pas ses heures. Voilà maintenant qu’arrive un tout grand groupe, on dirait des bergers.

    Recenseur :     Bizarre, d'habitude, les bergers ne viennent pas dans les villages. Qu'est-ce qui leur prend? Bonjour: Nom et lieu d'habitation ?

    Berger :           Moi, je m'appelle Jean, et voici mon fils Jean-Gabriel, voici mon père Jean-le-vieux. Et voici mon cousin, Jacob. Voici son fils Jacob-le-jeune et voici son père Jacob-l'ancien. Puis voici mon frère Elie, voici son fils Elie-Benjamin et voici son père Elie-le-sage. Voici mon autre cousin…

    Recenseur :     Mais enfin d'où venez-vous ?

    Berger  3 :       Nous venons d'une prairie là-bas. On gardait les moutons, puis on a vu de belles lumières, c'était Dieu qui nous disait de venir adorer le roi des rois…"

    Recenseur :     Mais d'où venez-vous réellement ?

    Berger 2 :        Nous venons de partout et de nulle part, nous sommes de toute la terre, nous…

    Recenseur :     Quoi, vous n'avez pas de domicile fixe. Alors vous n'êtes pas dignes d’être comptabilisés. Vous n'êtes rien. Zéro. Le soldat leur met un zéro. Et ne restez pas là, vous m'empêchez de travailler.

    Lecture : Luc 2, 15-18 

    Chant : les anges dans nos campagnes

    Scène 6 :

    Narrateur :      Les bergers étant partis pour la crèche, d’autres gens continuent d’affluer et cette fois ça a l’air bien plus intéressant. Ceux qui s’approchent ont l’air bien riche.

    Recenseur :     Ouah ! Magnifique cette belle caravane qui arrive. Que de belles parures, que de beaux chameaux. Ce sont assurément des gens importants.

    Narratrice :      Les recenseurs se redressent, époussètent leurs habits et demandent :

    Recenseur :     Veuillez s’il vous plaît nous indiquer votre nom et auriez-vous l'amabilité de préciser le lieu d'où vous venez ?

    Mage 1 :          Je viens d'une belle contrée au-delà des frontières, je suis le sage d'une ville nommée la très belle.

    Recenseur :     Vous n'êtes pas d'ici. Alors zéro, vous ne valez rien ! Les soldats mettent le 0. Et vous ?

    Mage 2 :          Moi, ma demeure se trouve au-delà des montagnes…"

    Recenseur :     Encore un étranger : zéro. Les soldats mettent le 0.

    Mage  3 :         Nous sommes venus en suivant cette étoile lumineuse. Elle nous a guidés depuis l'au-delà des mers et…

    Recenseur :     Vous me faites perdre mon temps, vous êtes tous des étrangers, partez, Les soldats mettent le 0. vous            me faites de l'ombre et je ne peux pas travailler.

    Mage 1 :          Merci beaucoup, bonne journée à vous, nous on retourne à la suite de notre étoile.

    Lecture : Matthieu 2, 1-6.

    Chant : Il est né le divin enfant.

    Scène 7 :

    Narratrice :      Et pendant que les mages arrivent auprès de Jésus, le recenseur a fini son travail. Il met encore de l'ordre dans ses feuilles, quand tout à coup, un souffle éparpille toutes ses feuilles. Elles s'envolent partout, loin à la ronde. Pris de panique, il se remet en chemin pour recommencer tous ses comptes. Il passe vers tous et note avec son crayon "1" pour les hommes, "un demi" pour les femmes, "0" pour les enfants, "0" pour les étrangers, "0" pour les sans domicile fixe. Au milieu de la nuit, il arrive enfin au dernier hôtel. Il réveille l'hôtelier qui lui indique le nombre de ses hôtes.

    Recenseur :     Enfin, j'ai fini !

    La femme de l’aubergiste : "Mais non, il reste encore l'étable là-bas. J'y ai fait dormir des gens."

    Narratrice :      Le recenseur va vers l'étable, entre et voit les riches personnages, les bergers, l'homme et la femme, réunis tous ensemble.

    Recenseur :     Cela va être facile à compter, beaucoup ne comptent pour rien. Je les reconnais bien, il y a tous ces étrangers venus dont on ne sait où, les bergers.

    Narrateur :      Quand le recenseur s'approche de la mangeoire, il voit l'enfant, un enfant qui le regarde intensément, alors dans son cœur quelque chose se passe.

    Recenseur :     Ce petit être va compter, je le sens. Quand je vois ce regard rempli de vie et de lumière, je me dis que ça ne peut pas compter pour rien. Ah. Mais alors un regard qui compte, c’est ça qui doit être comptabilisé, car moi, je vois bien que je compte à ses yeux. Il faut que je recommence mes calculs. Les bergers et leurs sourires, ça fait Octante coches, (les bergers mettent leur smileys et vont devant l’autel) les mages et la lumière dans leurs regards, ça en fait 3. Joseph et Marie, 2 et l’enfant 1. Je vais noter un pour chaque regard. "1" pour Marie, "1" pour Joseph, "1" pour chaque berger. Et je note même chaque prénom, car c’est important un prénom, ça chante l’amour de celui qui l’a donné. Bon reprenons : "1" pour chaque roi mage sans oublier "1" pour chaque serviteur.

    Narratrice :      A la fin, il fait les comptes et quand il les présente à son centurion, il est le seul à fournir un si grand nombre de coches et personne n’y comprend rien et tous se moquent de lui, mais à la crèche chacun s’était réjoui de cette nouvelle manière de compter. Un berger avait même dit :

    Berger 3 :        ça ne m’étonne pas, parole de berger, quand on compte avec le cœur, c'est le ciel et la terre qui se rejoignent. Et ça donne une autre valeur aux gens".

    Narratrice:       Il ne reste plus qu’à raconter cette histoire à tous ceux qui comptent pour nous. Venez les enfants, chacun de nous compte pour Dieu (tous enfants viennent chercher leur smileys). Dieu nous aime tous et il nous accueille ; allons le dire.

    Tous les enfants : Alors allons-y… (et tous s’en vont partout dans l’église distribuer les smileys.)

    D’après un compte de Noël trouvé sur http://cossonaygrancy.old.eerv.ch/2010/12/25/un-compte-de-noel/ et adapté par les monitrices du culte de l’enfance de la paroisse.

     

     

  • Jean 12. « Marie l'a cru avant nous tous »

    Jean 12
    10.3.2002
    « Marie l'a cru avant nous tous »
    Romains 5 : 6-11     Jean 12 : 1-8

    Télécharger ici la narration biblique : P-2002-03-10.pdf

    Un serviteur avec son balai. Il balaye un peu et hume l'air.

    « L'odeur n'a jamais disparu...
    Cela fait pourtant des années...
    Combien de temps cela fait-il ?
    J'étais déjà au service de Madame Marthe depuis un an lorsque c'est arrivé. Cela doit bien faire quinze ans maintenant. Mais je m'en souviens comme si c'était hier.
    Oui, chaque fois que je reviens dans cette pièce je sens l'odeur de ce parfum et tout me revient, aussi nettement que si c'était hier.

    Ce soir-là, j'étais de service (comme tous les soirs d'ailleurs. On n'avait pas de congé à cette époque !) Je supervisais le travail des servantes, sous la direction de Madame Marthe, car il y avait du monde à servir ce soir-là. Poser le balai.
    Marthe et Marie recevaient beaucoup. Elles menaient grand train de vie avec leur frère Lazare.
    Ce soir-là, elles recevaient l'homme qui avait sorti leur frère Lazare de sa tombe. Une bien étrange histoire ! C'était Jésus, celui de Nazareth. Ce soir-là, il était revenu à Béthanie, avant de se remettre en route vers Jérusalem.
    C'était juste six jours avant la Pâque, et personne ne se doutait de ce qui allait se passer. Personne... sauf peut-être Marie, qui avait comme un sixième sens avec Jésus.
    Il faut dire qu'elle l'avait tant écouté, elle pouvait passer des heures assise à ses pieds à l'écouter (même que cela énervait sa soeur !). Elle enregistrait toutes les paroles de Jésus. Elle l'avait pris pour maître de pensée, elle était pendue à ses lèvres.

    Alors ce soir-là, il y avait beaucoup de monde autour de la table. Il y avait Jésus, avec ses douze compagnons, et puis il y avait Marthe et Marie et Lazare qui mangeait tout près de Jésus.
    Mais ce n'était pas un repas ordinaire, on sentait une tension dans l'air, c'était palpable, c'était pesant comme si un orage était sur le point d'éclater.
    La discussion était très vive entre les disciples, car Jésus venait d'annoncer qu'il allait monter à Jérusalem pour la fête de la Pâque.
    Or chacun savait que les chefs des prêtres et les Pharisiens voulaient arrêter Jésus. Ils avaient déjà voulu arrêter Lazare à cause du tumulte que faisaient tous ceux qui voulaient voir "l'homme qui était sorti de sa tombe après quatre jour" !
    Dans la discussion j'entendais Jacques, le frère de Jésus, demander : "Pourquoi aller se jeter dans la gueule du loup ? Revenons l'an prochain à Jérusalem quand tout sera calmé"
    Mais Pierre répliquait : "Je ne laisserai pas Jésus être arrêté. J'ai quelques relations à Jérusalem, ou bien je me battrai et je défendrai mon maître !

    Jésus se tenait silencieux pendant cette discussion.

    Alors Judas pris la parole pour dire que, justement, il fallait que Jésus entre à Jérusalem. Son entrée serait un triomphe. Il voyait déjà la foule couper des rameaux aux arbres et les poser par terre pour faire un chemin, les autres étaler leurs manteaux comme un tapis rouge sous les pas de Jésus. Pour sûr, on pourrait même lui trouver un âne pour faire son entrée triomphale à Jérusalem, comme un vrai prophète.
    Une fois dans la ville, Judas se faisait fort de recruter une troupe d'hommes de main pour écraser la petite garnison de Ponce Pilate et prendre le pouvoir. Ce serait l'occasion de se débarrasser une fois pour toute des romains.
    Judas en rajoutait : "Je tiens la caisse, on a de l'argent pour recruter, et puis voyez ... — il montra un vase contenant un parfum précieux qui était posé dans le renfoncement de la fenêtre, le parfum qui avait été acheté après la mort de Lazare et qui devait servir à embaumer son corps, mais dont on ne s'était pas servi puisque Jésus l'avait sorti de sa tombe — ... voyez, ce parfum, on pourrait le vendre et cela nous procurerait encore 300 pièces d'argent avec lesquelles on pourrait recruter une bonne troupe de pauvres bougres qui se battraient pour nous."
    Judas s'était emporté, certains disciples criaient pour soutenir sa proposition, d'autres s'y opposaient, c'était un vrai tumulte, on ne s'entendait plus dans cette salle.

    Depuis où j'étais, je voyais que Marie aurait voulu dire quelque chose, mais comment un femme pourrait-elle se faire entendre dans un tel brouhaha ?
    (lentement) Alors, j'ai vu Marie s'approcher de la fenêtre, prendre le vase de parfum, s'approcher de Jésus, s'agenouiller devant lui et verser tout le parfum sur ses pieds.
    Personne n'avait remarqué les gestes de Marie, à part Jésus et moi. Mais l'odeur du parfum s'est répandu dans la pièce. Cela sentait tellement bon et tellement fort que le brouhaha s'est évanoui d'un coup et le silence s'est installé.

    Un silence que seul habitait encore le bruissement des cheveux de Marie sur les pieds de Jésus. Puis, comme elle relevait son visage, le silence fut rempli du regard que s'échangeaient Jésus et Marie. Le silence était complet, mais il était habité par ce regard et par cette odeur...

    C'est alors que j'ai compris ce que Marie devait avoir compris longtemps avant moi et que Jésus approuvait. J'ai compris quel devait être le destin de Jésus. Dans ce parfum, il y avait toute l'histoire que Jésus allait vivre dans les jours suivants.
    Ce parfum disait tout.
    Il disait la mort prochaine de Jésus.
    Il disait que Jésus acceptait cette mort. Jésus n'allait-il pas prendre la place de Lazare dans la tombe, puisqu'il recevait le parfum qui lui était destiné ?
    Jésus n'allait-il pas prendre la place de chacun de nous, dans la tombe qui nous était destinée, pour que nous vivions ?
    Ce parfum nous disait donc sa mort, une mort annoncée, une mort acceptée.

    Mais ce parfum répandu en ce jour, ce parfum — qui s'était écoulé sur les pieds de Jésus et répandu sur le sol de cette pièce qu'il embaume encore aujourd'hui — ce parfum ne pourrait plus servir pour prendre soin du corps de Jésus dans sa tombe !
    Qui l'a réalisé sur le moment même ?
    Marie sûrement, Marthe aussi. N'avait-elle pas entendu Jésus lui dire : "Je suis la résurrection et la vie" lorsqu'ils se trouvaient ensemble devant le tombeau de Lazare ?
    Le parfum, dans ce moment de silence intense, disait tout, la mort et la résurrection. Et Jésus l'acceptait. Et Jésus était reconnaissant envers Marie d'avoir fait cesser le tumulte de ses disciples qui essayaient de le détourner de son destin.
    Qui comprenait mieux Jésus que les femmes qui l'accompagnaient ?

    Voilà, chaque fois que j'entre dans cette pièce, l'odeur de ce parfum me rappelle tout cela.
    Le parfum avait dit vrai, Jésus est mort, mais Dieu l'a ressuscité des morts, la tombe ne l'a pas retenu.
    Jésus a donné sa vie pour nous, la mort ne peut retenir personne dans la tombe, et Marie l'a cru avant nous tous.

    © Jean-Marie Thévoz, 2014

  • Conte : Ce soir c’est Noël !

    Philippiens 2conte de noël,voeux,magicien,chien,pauvreté,simplicité,humilité,accueil,incarnation,abaissement,kenose,philippiens 2,prédication,evangile,spiritualité,protestant,vie spirituelle,bible,nouveau testament,ancien testament,éducation,foi,amour,dieu,jésus,jésus-christ,réformé,eglise
    25.12.2013
    Conte : Ce soir c’est Noël !

    Jean 1 : 10-15    Phil 2 : 5-11
    Télécharger le texte ici : P-2013-12-25.pdf


    Il faisait froid, ce soir-là. Un fin grésil fouettait les troncs nus des platanes des avenues. Le vent glacé soulevait la neige à peine tombée. On ne voyait que des ombres traverser les lignes de lumières dessinées sur la chaussée par les fenêtres décorées.
    Les derniers passants pressaient le pas pour rentrer chez eux, des paquets à la main. Chacun n’avait qu’une envie, se retrouver vite chez soi, avec les siens, au chaud, si possible avec un feu crépitant dans la cheminée. Dans les maisons les tables étaient dressées, les bougies allumées. Un fumet délicieux sortait des cuisines et aiguisait l’appétit des convives. Tout était prêt pour le réveillon de Noël.
    Pendant ce temps, un homme marchait seul dans les rues. Le dos courbé, luttant contre le vent et le grésil aiguisé, il traversait la ville sans s’arrêter nulle part. Personne ne l’attendait : Riton —c’était son nom— n’avait ni famille, ni maison.
    Sans s’inquiéter des gens qui, çà et là, le regardaient passer de derrière leurs fenêtres illuminées, il poursuivait sa route dans la neige et le froid. Et tandis qu’il soufflait dans ses mains pour se réchauffer, les flocons qui tombaient se mêlaient à sa barbe. Mais le vieil homme n’était pas tout seul dans cette nuit glacée…
    Un petit chien le suivait dans ses traces. Ses pas étaient silencieux dans la neige. Si la neige n’avait pas été sale d’avoir été piétinée toute la soirée, on n’aurait même pas vu sa fourrure blanche s’y détacher. D’où venait-il ? Que faisait-il là ? Il semblait avoir fait un bien long voyage. Ce n’était pas un chien errant puisqu’il portait un collier, un beau collier même, avec une étoile qui brillait dans sa fourrure de neige. Riton se retourna en entendant un léger jappement. Et quand il aperçut le chien, son visage s’éclaira.
    — Tu t’es perdu, dit ? » Et Riton se baissa vers lui, lui prenant la tête entre les mains.
    — Salut toi, oui, bon chien, bon chien, toi. D’où tu viens ? Qu’est-ce que tu fais là tout seul par ce blizzard ? Oh, tu en as une belle étoile à ton collier ! Eh bien, viens avec moi, ne reste pas tout seul. » Le petit chien jappa tout en le regardant. Et il le suivit. Ensemble, ils reprirent leur marche dans le froid et le vent.
    Riton emmena le chien jusqu’à la cabane de planches et de tôles qui lui servait de refuge, en marge de la forêt sombre. Riton fit entrer le chien et ils s’installèrent, lui sur le tas de couvertures qui lui servait de lit, le chien par terre sur les morceaux de moquettes récupérées de droite et de gauche. Et là, Riton sortit de son sac de toile un morceau de pain et un bout de saucisson, il les partagea avec son nouveau compagnon.
    — Tiens ! dit-il. Voilà tout ce que j’ai pour notre réveillon ! Bon appétit quand même ! » Puis, comme c’était le soir de Noël, il raconta encore un conte d’autrefois, celui qu’il préférait quand il était petit.
    Le vent soufflait toujours, de plus en plus fort, de plus en plus froid. Des courants d’air froid passaient entre les planches.
    — Viens ! murmura Riton en remontant le col de son vieux manteau. Viens avec moi sur le lit, on se tiendra chaud. » Longtemps ils restèrent là, bien au chaud dans les couvertures.
    Mais soudain, une voix retentit :
    — N’aie pas peur, ne crains rien, écoute-moi… Je ne suis pas un chien, en fait. Je suis un magicien ! J’ai de grands pouvoirs. »
    — Toi ? Tu es magicien ? » s’étonna le vieil homme ? « Mais que fais-tu là, avec moi ce soir ? »
    — Je vais t’expliquer. J’ai pris ce soir l’apparence d’un chien pour offrir un merveilleux cadeau à celui qui m’accueillerait. Mais partout les portes étaient closes et les gens trop pressés. Toi seul t’es intéressé à moi, toi seul tu t’es montré bon avec moi. Toi seul tu as partagé ton repas de Noël avec moi. Alors, pour te remercier, je vais exaucer ton vœu le plus cher. Dis-moi ce que tu veux et je te le donnerai. »
    — Oh, j’ai la route devant moi, j’ai toute ma liberté, j’ai le ciel au-dessus de moi… je n’attends plus grand-chose d’autre. Je n’ai besoin de rien, répondit Riton.
    — Oh, ne me déçois pas, lui dit le magicien, il y a sûrement quelque chose que tu désires ?
    — Eh bien, vu que tu es là, eh bien… j’aimerais… j’aimerais bien avoir un chien comme toi. J’aimerais bien avoir un compagnon qui te ressemble. Si tu le peux, offre-moi un chien ! »
    Dehors, le vent se tut. Et dans le silence, Riton entendit la cloche de l’église, au loin, qui sonnait minuit. Il regardait le chien blanc, avec l’étoile de son collier qui scintillait. Il ne pouvait croire que ce chien était autre chose qu’un chien.
    De son côté le magicien avait la tête qui lui tournait. Allait-il accomplir le vœu de Riton ? Un chien pour compagnon… était-ce vraiment son désir le plus cher ? Il doit faire bon, sans doute, être l’ami de cet homme-là, pensa le magicien. Alors, tandis que résonnait le douzième coup de minuit, le magicien se décida. Il abandonna tous ses pouvoirs, à jamais.
    Et au lever du jour, le vieil homme repartit… et son chien blanc le suivait. Jamais l’étoile de son collier n’avait autant brillé, mais les yeux de Riton brillaient bien plus encore.
    - - - - - - -

    D’après le récit de la BD : Ce soir c’est Noël, Dominique Marchand et Albrecht Rissler - Editions Nord-Sud, 2000
    © Jean-Marie Thévoz, 2013

  • Conte : Adam réveille-toi !

    Esaïe 9
    22.12.2013
    Conte : Adam réveille-toi !
    Esaïe 9 : 1-2+5-6     Esaïe 7 : 10-14     Esaïe 60 : 1-5

    Télécharger le texte ici : P-2013-12-22.pdf

    Dans le pays de l’ombre, il fait tout noir ! Dans la shéol, c’est comme dans une caverne lorsque la dernière torche s’est éteinte. Tout est noir, tout est immobile. Pourtant il y a du monde dans ce séjour souterrain puisqu’il rassemble tous ceux qui ont quitté la surface de la terre. Mais tout le monde est immobile, parce que — dans le noir — si on bouge on se cogne et on se fait mal. Alors tout le monde dort, d’un sommeil qui ne respire pas, d’un sommeil qui ne bouge pas, d’un sommeil qui pèse des milliers de tonnes. Pourtant, là-bas, au bord de la frontière, une femme se met à bouger... elle lève la tête... elle se redresse... et bouscule le compagnon qui partage sa couche :
    -    Adam ! Réveille-toi ! Réveille-toi !
    -    Oh ! Laisse-moi tranquille ! Voilà des siècles que je dors ! Je ne vais quand même pas me réveiller maintenant !
    -    Si ! Adam ! Réveille-toi !
    -    Oh ! Eve ! Tu ne vas pas me refaire le coup de la pomme ! Laisse-moi tranquille !
    -    Adam ! Je t’en prie ! Regarde là-bas, la lumière ! Tu ne vois pas ? C’est comme au matin du sixième jour, quand je t’ai découvert dans le jardin, il y avait cette lumière-là au fond de tes yeux...
    -    Tu as raison... la lumière de Dieu est en train de revenir... elle illumine ton visage...

    Dans le pays de l’ombre, il y a une mer, une mer très sombre, une mer qui a l’air de vouloir engloutir tous ceux qui l’approchent. Au bord de l’eau, un homme est figé, avec sa femme et ses trois fils. Comment est-il possible de dormir au bord de ces eaux qui secouent en furie leurs tentacules de mort ?... Et soudain, les eaux s’apaisent, peu à peu... Le bruit du silence réveille la dormeuse... elle secoue son compagnon :
    -    Noé ! Ecoute !
    -    Tu es folle, ma femme ! Il n’y a aucun bruit ! Par contre, je vois...
    -    Que vois-tu ? Tu es fou, Noé ! Tu sais bien que dans cette obscurité, il n’y a rien à voir !
    -    Si, regarde, là-bas ! Du rouge... rouge comme le couple de colibris entré dans l’arche au dernier moment...
    -    Oh ! Je vois de l’orangé... orange comme la petite grenouille à trois doigts qui sautait partout... et du jaune comme les plumes des canaris...
    -    Regarde, le vert... vert comme les feuilles du rameau d’olivier rapporté par la colombe... et aussi le bleu... un bleu profond comme celui des ailes de la libellule...
    -    Et du violet... violet comme l’étrange papillon posé sur le rebord de la fenêtre de l’arche...
    -    La lumière de Dieu est en train de revenir... Regarde ce bel arc-en-ciel... l’alliance se renouvelle.

    MUSIQUE

    Dans le pays de l’ombre, il y a un ciel, un ciel très noir, un ciel déprimé et déprimant. Pourtant, tout à coup, on entend un rire, un rire de femme, un rire clair jaillissant comme une source :
    - rire de femme
    -    Sarah ! Tais-toi ! Qu’as-tu à rire pareillement ? Notre fils est grand  depuis longtemps... Tu n’es tout de même pas enceinte une nouvelle fois ?
    -    Non, Abraham ! Non ! Mais lève les yeux au ciel ! Une étoile est revenue !
    -    Une étoile ? C’est impossible, pas ici.
    -    Si, une étoile comme toutes celles que Dieu t’avait fait voir pour t’indiquer que tu serais le père d’un grand peuple.
    -    Oui ! Le père de tous les croyants... Oui, je suis le père de tous les croyants... Mais cette étoile elle est toute seule ! Mais c’est vrai qu’elle est bien plus brillante que toutes celles que j’ai vues autrefois. Tu crois que Dieu veut nous annoncer une bonne nouvelle ?
    -    Serait-ce encore une naissance ?
    -    Tu es folle, Sarah ! Rien ne naît au pays de l’ombre !
    -    Attention, Abraham, si tu doutes, tu vas perdre ton titre de « père des croyants » !

        On ne peut pas sortir du pays de l’ombre. C’est un endroit complètement clos, fermé par les portes de la mort. Jacob, lui, a trouvé un moyen : il s’évade par le haut ! Il dort, avec une échelle à côté de lui. Quand il était vivant, il avait dormi ainsi à Béthel et il avait eu un songe... le songe de sa vie : pensez donc, il avait vu Dieu !
    Une échelle était dressée sur la terre et le sommet de cette échelle atteignait le ciel... Des anges montaient et descendaient... et Dieu lui avait parlé ! Il n’est pas interdit de refaire le même rêve plusieurs fois. Alors, Jacob ne se lasse pas. Il rêve qu’il monte en gravissant les échelons de son échelle. Il monte vers le ciel, il monte dans ce royaume de lumière...
    Mais ce soir, c’est différent. Il n’a pas l’impression de dormir et pourtant il voit des anges, comme à Béthel ! Il voit des anges qui descendent vers la terre, ils se préparent à chanter pour des bergers.
    -    C’est sûr, dit-il en se redressant, si je vois des anges descendre vers la terre, c’est que Dieu va parler une nouvelle fois ! Et il entend les anges chanter : « Gloire à Dieu et Paix sur la terre. »

    MUSIQUE

    Dans le pays de l’ombre, il fait froid et il est impossible de faire du feu. Çippora, glacée comme la mort, dort à côté de Moïse... Soudain, elle se réveille... surprise par une chaleur douce qui vient lui lécher les pieds...
    -    Moïse ! Regarde ! Des bergers qui gardent leurs troupeaux ! Ils ont allumé un feu pour se réchauffer ! Regarde ! Ils ont même un petit mouton noir... comme toi quand tu faisais paître le bétail de mon père dans le pays de Madiân... Moïse, il y a si longtemps que nous n’avons pas vu un bon feu !
    -    Oh, Çippora ! Ce feu a quelque chose d’extraordinaire ! Sa chaleur est si enveloppante !... Tu sais, il me rappelle un autre feu, celui que j’avais vu sur la montagne de l’Horeb, tu sais le feu dans le buisson... Serait-ce « Je suis » qui revient ? Dieu... le Dieu de nos pères... le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob...
    -    Moïse ! Ce feu a été allumé par des bergers... pas par Dieu !
    -    Oui, ma douce ! Mais tu sais que Dieu a un petit faible pour les bergers : Il a aimé l’offrande d’Abel, il a parlé en songe à notre père Jacob, il a donné une mission importante à son fils Joseph... et à moi ! Si tu as été réveillée, ma belle, de ce sommeil glacé, c’est que Dieu va venir !

    Dans le pays de l’ombre, personne ne chante. Il n’y a pas d’oiseaux, pas de cascades, pas de brise légère pour charmer les oreilles. Il n’y a pas de musique. Pourtant, dans un coin, il y a une cithare. Un homme a posé sa main dessus et dort ainsi, profondément. Cet homme n’est pas n’importe qui : il a gardé sur la tête une couronne... qui ne lui sert pas plus que la cithare à laquelle il s’accroche. Cet homme a d’abord été le petit David musicien qui s’occupait des moutons de son père. Puis il est devenu roi d’Israël... un grand roi.
    David, tout à coup, sort de son sommeil et se met à chanter :
    « La ténèbre n’est pas ténèbre devant toi, la nuit comme le jour est lumière. » (Ps 139:12)
    Puis David se met à danser en tournoyant comme le jour où il s’est installé à Jérusalem :
    -    « Mon âme, bénis l'Éternel! Que tout ce qui est en moi bénisse son saint nom!  Mon âme, bénis l'Éternel, Et n'oublie aucun de ses bienfaits ! » (Ps 103:1-2).

    MUSIQUE

    Dans le pays de l’ombre, personne ne parle. Les mots ont été tués. Il est interdit de s’exprimer. Il n’y a aucune place pour la parole venant du cœur. Quand Esaïe est arrivé dans ce pays-là, il a eu beaucoup de mal à se taire. Même couché là, au milieu des autres, il parle encore. Car Esaïe est un prophète, c’est-à-dire celui qui parle devant, au nom de Dieu. Alors, Esaïe parle en dormant... c’est à peine si on l’entend... de toutes façons, entend-on les prophètes, même quand ils sont réveillés ? Soudain, Esaïe se dresse et crie :
    -    « Pour l'amour de Sion je ne me tairai point, Pour l'amour de Jérusalem je ne prendrai point de repos. Jusqu'à ce que son salut paraisse, comme l'aurore, Et sa délivrance, comme un flambeau qui s'allume. » (Es 62:1)
    Jérémie, qui dort non loin de là le fait taire :
    -    Chut ! Esaïe ! Tu sais bien que Jérusalem passe ses nuits à pleurer, que les larmes couvrent ses joues. Personne ne la console, tous ses amis l’ont trahie.
    -    Non, Jérémie, je ne me tairai pas ! Le Seigneur vient : « Le Seigneur lui-même vous donnera un signe, Voici, la jeune fille deviendra enceinte, elle enfantera un fils, Et elle lui donnera le nom d'Emmanuel. » (Es 7:14) 
Je vous le dit, à tous, à chaque habitant du pays de l’ombre : « Lève-toi, sois éclairé, car ta lumière arrive, Et la gloire de l'Éternel se lève sur toi. » (Es 60:1)

    Tandis que le prophète parlait « on entendit le bruit d’un grand remue-ménage » (Ez 37:7) et les habitant du pays de l’ombre « reprirent vie. Ils se dressèrent sur leurs pieds et ils formaient une foule nombreuse » (Ez 37:10) comme le dirait Ezéchiel.
    Et on vit Sarah et Abraham suivre une étoile, on vit Jacob écouter des anges, on vit Çippora et Moïse habillés en bergers s’avancer vers une pauvre étable avec leurs moutons.
    Et on vit Adam, Noé et David, habillés de riches vêtements et couronnés d’or apporter des cadeaux à un enfant couché dans une crèche.
    Et on entendait au loin Esaïe dire :
    - Viens Jérémie ! Je te l’ordonne ! Viens ! Tu ne vas quand même pas laisser passer la Lumière du monde sans te bouger !
    -    La Lumière du monde ?
    -    Oui ! Regarde ce bébé, là-bas, entre son père et sa mère ! Il est la Lumière du monde !
    -    Ce bébé ? Je ne comprends pas !
    -    Tu comprendras plus tard ! Viens ! Allons adorer l’enfant qui vient de naître !
    - - - - -
    d’après Marie-Françoise Chauveau, original sur : http://ursulines.union.romaine.catholique.fr/Adam-Reveille-toi
    © Jean-Marie Thévoz, 2013

  • Matthieu 26. Le reniement de Pierre

    Matthieu 26
    14.3.1999
    Le reniement de Pierre
    Matthieu 26 : 31-35    Matthieu 26 : 69-75


    Téléchargez la prédication ici : P-1999-03-14.pdf

    Ce matin, j'étais juste réveillé de ce week end de cauchemar, quand deux des femmes de notre groupe, Marie de Magdala et l'autre Marie, ont brusquement fait irruption chez moi. Elles étaient dans un de ces états d'excitation, vous ne pouvez pas savoir. Elle ne cessaient de répéter :
    "Pierre, Pierre, Le tombeau est vide... le tombeau est vide..."
    Mais peut-on croire ces femmes. Elles étaient visiblement en état de choc. Elles sont noyées de chagrin. Ne se sont-elles pas trompées de tombe ? Il y a sûrement une explication logique à cela. Elles doivent être victimes d'une illusion due à leur peine. Nous sommes tous sous le coup de ce qui est arrivé il y a trois jours.

    Mais tout cela a commencé bien plus tôt.

    Vous vous souvenez, la dernière fois que je vous ai parlé, je me demandais si j'allais continuer à suivre Jésus ou retourner à mon bateau de pêche. Eh bien, il s'en est passé des choses depuis ce temps-là. Oui, j'ai continué à suivre Jésus...

    Encore deux fois, dans les mois qui ont suivi, il nous a dit que le Fils de l'homme devait souffrir, être rejeté et mourir. Je me demande comment Jésus pouvait vivre avec cette idée. Moi je n'arrivais pas à m'y faire. J'étais prêt à tout pour le protéger, pour le sauver.

    Enfin, ce qui est sûr, c'est que Jésus avait son plan. C'est ainsi qu'il y a quelques jours, il s'est dirigé vers Jérusalem. Il voulait être à Jérusalem pour le repas de la Pâque.

    Une fois arrivé à Jérusalem, je ne sais pas ce qui l'a pris. Je ne l'avais jamais vu comme cela. Vous savez, en Galilée, il accueillait tout le monde, on le voyait écouter tous ceux qui venaient vers lui, compatir aux misères de chacun, en guérir plusieurs. Là, à Jérusalem, il semblait avoir complétement changé. La dernière guérison qu'il ait faite, c'était un aveugle à la sortie de Jéricho. Dès qu'il est entré à Jérusalem, il est devenu agressif, violent même.

    Lorsque nous sommes monté au Temple pour la première fois de notre séjour, eh bien il s'est emparé de quelques cordages qui trainaient vers les marchands de bétail, il en a fait un fouet et il s'est mis à le faire tournoyer autour de lui. Quelle pagaie cela a mis ! Les agneaux et les chèvres couraient appeurés dans tous les sens. Le fouet brisait les cages des pigeons et des tourterelles, renversait les barrières des enclos. Vous auriez dû voir ça. Ensuite, il est allé vers les tables où des banquiers faisaient du change, il a renversé leurs tables avec toute la monnaie. La foule s'est précipitée pour ramasser ce qu'elle pouvait. Je n'ai jamais vu Jésus aussi en colère, c'était terrible. Il traitait tout le monde de voleurs et de profiteur. Si j'ai bien compris, il trouvait que les autorités avaient laissé ce Temple devenir une caverne de voleurs, alors que Dieu voulait que ce soit une maison de prière.

    Mais les jours suivants Jésus est quand même retourné au Temple. Chaque fois, devant la foule, il condamnait l'hypocrisie des chefs et des maîtres de la loi qui exigent des choses inaccessibles des gens. Il a été jusqu'à annoncer que ce Temple bâtit de main d'homme serait détruit ! Vous ne pouvez pas imaginer la fureur des gardiens du Temple.

    Ce tombeau vide, il doit bien y avoir une explication logique. Peut-être les gardiens du Temple sont-ils venu reprendre le cadavre pour le montrer à la populace. Pour bien montrer au peuple ce qui arrive à ceux qui menacent l'ordre établi.

    Ce tombeau vide, on dirait l'image de ce que nous sommes tous, aujourd'hui. Vidés, lessivés, fatigués par ce qui s'est passé ces trois derniers jours.

    Imaginez. Jeudi soir, nous avons tous soupé avec Jésus. Bon l'atmosphère était tendue. Nous étions de nouveau à Jérusalem et nous savions que toutes les autorités voulaient s'emparer de Jésus. Ils avaient peur d'une rébellion.
    Après avoir soupé, Jésus a pris du pain, il a remercié Dieu, il l'a rompu et nous l'a distribué en disant "prenez en tous, ceci est mon corps, donné pour vous". Après cela il a pris un coupe de vin, et après avoir remercié Dieu il nous l'a passée en disant : " Ceci est ma vie, donnée pour vous, buvez-en tous. Je ne boirai plus de vin, jusqu'à ce que je le boive nouveau avec vous dans le Royaume de Dieu". Nous avons mangé de ce pain, bu de cette coupe et nous nous sommes sentis tellement unis à lui. Nous faisions corps. Nous pensions que nous ne serions plus jamais séparés les uns des autres et surtout de Lui.

    Pourtant, c'est cette nuit-là, que Judas a trahit. Jésus l'avait d'ailleurs prévu. A la fin de ce repas il a dit : "L'un de vous me trahira !"  C'est à ce moment que Judas est parti brusquement. Alors moi je me suis levé et je me suis mis critiquer le comportement de Judas, et j'ai déclaré à Jésus que je ne l'abandonnerai jamais. Mais Jésus m'a alors dit : "Avant que le coq ne chante, tu me renieras trois fois.

    Juste après ce repas, Jésus nous a emmené pour prier avec lui au jardin de Gethsémané. Eh bien, je me suis endormi, une première fois. Jésus m'a réveillé et m'a dit : Pierre, tu ne peux pas prier une heure avec moi ? J'ai essayé, mais je me suis rendormi. Ce que je m'en veux. Mes prières n'auraient-elles pas pu modifier le cours des choses ?

    Ensuite, toute une troupe de soldat, avec Judas en tête, est venue arrêter Jésus. J'ai sorti mon épée, je voulais me rattraper, me racheter. J'étais prêt à mourir au combat pour Jésus. Mais Jésus m'a regardé, de son regard si chaleureux. Il m'a regardé comme s'il était touché de mes efforts pour le défendre, mais il m'a dit : "Rentre ton épée, car tous ceux qui prennent les armes mourront par les armes". J'ai obéis, mais bien à contre coeur. Quand est-ce que je pourrai enfin montrer que je suis au côté de Jésus, que je ne l'abandonnerai jamais ?

    J'ai suivi — de loin — la troupe qui emmenait Jésus. Ils ont emmené Jésus à la maison de Caïphe, le grand-prêtre. Je suis entré dans la cour pour voir ce qu'il se passerait. Là, il y avait des gardes et des serviteurs qui se tenaient prêt d'un feu. Je me suis mêlé à eux. Je les entendaient parler entre eux. Ils calomniaient Jésus, ils disaient que ces révolutionnaires il fallait les éliminer du pays et toute leur bande avec. Tout à coup, l'un de ces soldats m'a demandé si je n'avais pas des sympathies pour ce Jésus puisque j'étais Galiléen. Alors j'ai eu peur et j'ai dit que je ne le connaissait pas. Je me suis éloigné d'eux. Mais une servante qui était-là m'a encore demandé, par deux fois, si je ne faisait pas partie de la bande de Jésus. J'ai encore dit non. J'ai même juré que je ne le connaissais pas. Moi, Pierre, moi qui me croyait le meilleur des disciples, j'ai fait comme si je ne le connaissais pas. A ce moment-là un coq a chanté et je me suis souvenu que Jésus m'avait dit : "Avant que le coq ne chante tu m'aura renié trois fois". Là, je me suis écroulé, abattu par ma lâcheté, ma trahison. J'ai pleuré.

    Lorsqu'ils ont emmené Jésus sur le lieu de son exécution, j'ai suivi de loin, en me cachant. Ils l'ont cloué sur une croix — c'est la façon ordinaire d'appliquer la peine de mort pour les Romains. Je suis resté-là, à voir mes espoirs de vie meilleure mourir. Il y avait là quelques personnes et des soldats romains qui gardaient le lieu. Tout était fini.

    Pourtant, avant de mourir Jésus a prononcé une parole qui me revient. Il a dit :
    "Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu'ils font".
    Ce pardon, n'est-il pas aussi pour moi ? Mon abandon n'est-il pas moins grave que le geste de ses bourreaux ? Oui, Jésus est capable de me pardonner à moi aussi.

    Un homme qui est capable de pardonner à ses bourreaux peut-il être abandonné de Dieu ?
    Comment Dieu peut-il rester indifférent à cette injustice ? Dieu ne pourrait-il pas décider de l'arracher à son tombeau ? Le tombeau vide ! Les femmes n'ont rien inventé ! Comment n'ai-je pas compris plus tôt. Excusez ! Je vous laisse ! Je veux aller voir de mes propres yeux ce qu'il en est de ce tombeau!

    (sortir en courant) - Jeu d'orgue.
    © Jean-Marie Thévoz, 2013

  • L'Ancien Testament en bref…


    12.2.2012
    L'Ancien Testament en bref…

    Téléchargez le texte : P-2012-02-12.pdf

    Connaissez-vous les Romains ? Quelques empereurs ? Jules César (à travers Astérix) ou Néron, celui de l’incendie de Rome ? Mon histoire se situe sous l’empereur Vespasien en 70 après J-C. Son fils Titus est général d’armée en Israël. Il vient de réprimer dans le sang une révolte du peuple juif. Titus veut effacer toute trace de la ville de Jérusalem pour dissuader toute nouvelle révolte des juifs.
    Nous nous trouvons sur le Mont des Oliviers, juste en face de Jérusalem. Un père est là avec son fils, Elkaïm, ils regardent, de l’autre côté du ravin, un terrain où il n’y a plus que des tas de pierres et de décombres. Elkaïm demande à son père : 

    — Qu’y avait-il à la place de ces énormes blocs effondrés ?

    — Tu vois, mon fils, c’est là que se dressait le deuxième Temple de Jérusalem. Là où, nos ancêtres depuis plusieurs générations et les juifs des alentours, venions rendre notre culte à Dieu. Le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob, celui de Moïse, de David et de Salomon. 

    — Pourquoi le deuxième Temple ? 

    — C’est une longue histoire... Dieu avait promis à son peuple d’avoir un pays et un Temple pour l’adorer. Mais le premier Temple a été détruit lui aussi quand les babyloniens nous ont envahis.

    — Qui avait construit le premier Temple ?

    — C’est le roi Salomon qui a construit le premier Temple, il y a environ 1’000 ans pour y placer l’arche de l’Alliance. Son père David avait construit son palais, mais n’avait pas construit de Temple pour Dieu.

    — Qu’est-ce que c’est l'arche de l’Alliance ?
    
— Ah l’arche de l’Alliance, c’est encore plus vieux que le Temple. C’est Moïse qui l’a fait construire quand il était avec le peuple dans le désert. C’était une sorte de caisse avec des statues d’anges dessus. On pouvait la transporter lors du long voyage dans le désert.

    —Pourquoi fallait-il transporter Dieu dans une caisse ?
    
— Ah tu es drôle. Dieu n’était pas dans la caisse ! Dans la caisse, il y avait les Tables de la Loi que Moïse avait reçues de Dieu. 
—Comment Moïse connaissait-il Dieu ?
    
—Il avait rencontré le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob dans la montagne.


    Mais je crois que je fais mieux de te raconter les choses depuis de début, dans le bon ordre, sinon tu ne vas rien comprendre.
    
— Tu vas commencer avec le début du monde ? 

    — Non, Elkaïm, les récits de création du monde sont venus plus tard. Pour nous les croyants, tout commence avec l’homme qui a fait le saut de la foi, qui a pris le risque de croire à celui qui l’appelait, et qui est parti vers l’inconnu.
    Cet homme s’appelait Abraham : il a reçu un appel à partir avec Sarah sa femme. Il a reçu la promesse d'avoir une descendance aussi nombreuse que les étoiles dans le ciel et un pays pour s'établir. 
“A travers toi, je bénirai toutes les nations de la terre.” Pourtant Sarah n’a pas eu d’enfant pendant des années. Mais Dieu a toujours répété sa promesse.Et finalement, Sarah a eu un fils qu’ils ont appelé Isaac. 
    Isaac a épousé  Rébecca. Rébecca a eu 2 jumeaux : Jacob et Esaü. Avec les jumeaux, il y a toujours des problèmes de rivalité. Ces deux-là, ils se battaient déjà dans le ventre de leur mère. Jacob était rusé et il a réussi à prendre à Esaü son droit d'aînesse et la bénédiction d’Isaac. La colère d'Esaü a été telle que Jacob a dû s'enfuir. Il est parti en exil chez son oncle Laban.
    En chemin, il a fait un rêve, il a vu une grande échelle qui descendait du ciel vers la terre. Des anges montaient et descendaient l'échelle. Jacob a compris que ce lieu était habité. Il y a reçu une nouvelle promesse de Dieu : "A travers toi et tes descendants, je bénirai toutes les nations de la terre. Je serai avec toi, je te protégerai partout où tu iras." Jacob y a élèvé une pierre et fait de Béthel un lieu sacré : la porte du ciel, la maison de Dieu.
    Laban avait deux filles, Léa et Rachel. Jacob est tombé amoureux de Rachel, il l'a demandée en mariage. Laban a accepté, mais il a trompé Jacob (chacun son tour !). Au lendemain du mariage, Jacob a découvert qu'il avait épousé Léa. Il épousera Rachel un peu plus tard.
    Puis, Jacob souhaite revenir dans son pays, mais il a toujours peur d'Esaü. Sur le chemin du retour, une nuit, il est attaqué par un personnage bizarre, ange ou démon, Jacob ne sait pas. Jacob gagne, mais en sort blessé, mais avec une nouvelle bénédiction. Esaü accepte la réconciliation.
    Jacob a douze fils. Le cadet, Joseph fait des rêves et provoque la jalousie de ses frères qui le vendent comme esclave à une caravane qui descend en Egypte. Joseph y vit des hauts et des bas. De la prison, il devient premier ministre d'Egypte. Il obtient que ses frères et leurs clans puissent s'établir dans le delta du Nil. Les hébreux s’installent en Egypte. Ils deviennent prospères, mais est-ce la terre promise ?
    Trois cents ans passent. Un pharaon se met à craindre la puissance des hébreux et commence à les persécuter. Il ordonne de tuer tous les garçons nouveau-nés des hébreux pour les affaiblir. Une famille essaie de sauver son enfant en le cachant dans une corbeille au bord du Nil. C'est une des princesses de pharaon qui découvre l'enfant et l'adopte. Elle l'appelle Moïse. Il grandit à la cour, mais, comme Siddhârta, il découvre la souffrance de son peuple. Pour défendre un hébreu maltraité, il tue un égyptien et doit fuir dans le Sinaï. Il y reçoit l'appel de Dieu à délivrer son peuple d'Egypte.
    Un bras de fer est engagé entre Moïse et Pharaon, avec les 10 plaies d'Egypte. “Pharaon, libère Israël” dit Dieu. Finalement Pharaon cède et laisse aller le peuple hébreu. Avant de partir, les hébreux mangent le repas de la Pâque, agneau rôti et herbes amères.
    On raconte que le peuple a marché pendant 40 ans dans le désert, il y reçoit les Tables de la Loi : le décalogue. Au bout du chemin, il y a la Terre promise. Dans le désert, Moïse fait construire l'arche de l'Alliance pour y mettre les Tables de la Loi et un Temple démontable.
    Enfin, le peuple arrive au bord du Jourdain, pour entrer dans la Terre promise. La Bible a placé là le livre de Josué qui raconte la conquête. En fait, c'est la conquête rêvée de la Terre promise, un point de vue écrit bien plus tard, lors de l’Exil.
    Trois cents ans passent encore, c'est le temps des Juges. Le peuple demande alors un roi au prophète Samuel. C’est Saül qui est désigné, mais il n’obéit pas à Dieu. Il est remplacé par David, l’un de ses chevaliers.
    David choisit la ville de Jérusalem pour construire son palais et y installe l’Arche de l’Alliance. La promesse d’avoir un pays est accomplie. Le peuple est prospère. Le prophète Nathan rappelle que — des plus petits aux plus grands, même le roi — chacun doit pratiquer la justice et obéir à la loi de Dieu.
    Salomon construit le premier Temple de Jérusalem. La promesse d’avoir un Temple pour adorer Dieu est accomplie. Il a plusieurs fils qui vont se battre entre eux  pour lui succéder, ce qui provoque la division du pays en deux parties : Israël au Nord et Juda au Sud, autour de Jérusalem. Les prophètes se lèvent pour réclamer la justice. Ils annoncent qu’Israël et Juda vont tout perdre s’ils s’éloignent de la justice que Dieu veut.
    En 722, invasion d’Israël du Nord par l’Assyrie. C'est la perte de l’indépendance annoncée par les prophètes. Les prophètes annoncent que le Sud, Juda va aussi être envahi et détruit, parce que les rois et le peuple abandonnent la justice : “Vous vendez comme esclave celui qui vous doit une paire de sandale !”
    En 587, le royaume de Juda est, en effet, envahi par les Babyloniens. C'est la destruction du Temple et ladéportation du roi, de son administration et du personnel du Temple. C’est l'exil à Babylone. Les prêtres et les scribes du roi ont emporté le plus d’archives possibles avec eux. 

    — Tu vois Elkaïm, en Exil, on s’est demandé : pourquoi est-ce arrivé ? Est-ce que Dieu nous a abandonné ? Est-ce que notre Dieu est vaincu par le dieu de Babylone ? Que deviennent les promesses faites à nos ancêtres ?
     On s’est mis à relire les histoires de nos ancêtres, on a rassemblé les textes pour en faire notre histoire. On a créé Le Livre. Là-bas l’Exode est devenu notre avenir. Les promesses de descendance et de pays sont devenues nos promesses d’avenir. Nous avons compris que nos actes ont des conséquences. Si on se divise, si on exploite ses frères, on s’affaiblit et on peut être balayé par un autre peuple. Nous avons appris que nous pouvions détruire ce qui nous avait été promis.
    Justice et liberté vont ensemble. Nous nous sommes mis à espérer que Dieu nous libérerait une deuxième fois. Nous avons écrit comment nous pensions que serait la reconquête, sous le nouveau Josué.
    Nous attendions un Messie, un nouveau Moïse qui nous conduirait au travers des déserts chez nous, à Jérusalem. Le prophète Ezéchiel a eu des visions : Que Dieu montait dans un char de feu et volait de Jérusalem à Babylone pour nous rejoindre ! Et puis un nouveau prophète Esaïe a annoncé que le Messie allait venir nous libérer. Et Cyrus, le roi Perse a vaincu les babyloniens et nous a permis de rentrer chez nous, en Israël. On a longtemps cru que Cyrus était le Messie promis par Dieu.
    Le retour a été moins glorieux que nous ne l’avions écrit dans le livre de Josué. Mais nous avons reconstruit Jérusalem et commencé à reconstruire le Temple de Dieu. Mais, nous ne sommes jamais redevenu indépendants. Il y a eu les Perses, puis les Grecs, enfin, maintenant les Romains. Cyrus a été un grand libérateur, mais ce n’était finalement pas le Messie.
    Nous attendions toujours le Messie qui nous donnera la justice que Dieu veut. La Loi et la justice sont plus importantes que le pays. L’important c’est d’être libre de pouvoir adorer Dieu. Finalement c’est le roi Hérode qui a fini la construction du deuxième Temple de Jérusalem. C’est dans ce Temple que Jésus est venu et qu’il a parlé au peuple. C’est ce Temple que Titus vient de détruire. Les juifs n’ont de nouveau plus de Temple en pierre. 

    — Mais alors, sans Temple, est-ce que l’Exil recommence pour nous ? demande Elkaïm.
    
— Qu’est-ce qui est le plus important ? d’avoir un Temple ou d’avoir trouvé le Messie ? Tu vois Elkaïm, l’histoire continue avec la venue du Messie Jésus... Il est celui qui accompli les promesses du Livre, mais je te raconterai cela une prochaine fois. Il est temps de rentrer à la maison pour la prière du soir.

    © Jean-Marie Thévoz, 2012

  • Le Nouveau Testament en bref…


    11.3.2012
    Le Nouveau Testament en bref…

    téléchargez le texte : P-2012-03-11.pdf

    Elkaïm et son père sont revenus au Mont des Oliviers, où ils se trouvaient il y a un mois. Ils sont au jardin de Gethsémané. Elkaïm demande à son père : 

    — Il y a un mois tu m’as déjà emmené ici, pourquoi on y revient ?  

    — Il y a un mois, nous regardions les ruines du Temple d’Hérode. Et tu me demandais si l’histoire des juifs était finie. J’aimerais te dire comment ça continue !
    Tout n’est pas terminé avec la destruction du Temple, il y a encore un avenir pour les fils d’Abraham, d’Isaac et de Jacob. Dieu n’a pas abandonné son peuple ! L’histoire continue, parce que Dieu a envoyé quelqu’un pour la continuer...
    Tu vois Elkaïm, en même temps que naissait ton grand-père (mon père) naissait un autre personnage. C’était il y a 70 ans. Il s’est fait connaître quand, moi, je suis né. Il y a 40 ans, maintenant. Il est mort avant que je sois assez grand pour le connaître, mais mon père m’en a beaucoup parlé. Et je vais te raconter son histoire.

    Cet homme s’appelait Jésus. Il était de Nazareth. Son père y était charpentier, il s’appelait Joseph, sa mère s’appelait Marie. C’est vers l’âge de 30 ans, qu’il s’est fait remarquer, à peu près au moment de ma naissance. Jésus vivait avec un groupe d’amis qu’il avait rassemblé et qu’il appelait “ses disciples”. Il parcourait la campagne, allant de villages en villages.
    — Qu'est-ce qu'il faisait ?

    — Un jour, alors que Jésus marchait avec ses disciples. Un lépreux s’est approché de lui. Tout le monde reculait de peur d’être contaminé, mais Jésus est allé vers lui. Ils ont parlé et Jésus l’a touché... Tu te rends compte ? Personne ne prendrait le risque de toucher un lépreux, mais lui l’a fait. Après on a dit que le lépreux est reparti guéri.
    Un autre jour, c’est un centurion romain qui lui demande de venir soigner un de ses serviteurs. Et hop, Jésus le suit. Pourtant, on sait ce que les résistants font à ceux qui collaborent avec l’occupant. 
Mais on aurait dit que Jésus n’avait jamais peur. Là où il y avait de la souffrance, de la tristesse, il allait et faisait ce qu’il pouvait pour aider. Le serviteur a été guérit avant même que Jésus n’arrive à la caserne !
    Une autre fois, il était invité chez un Pharisien. Les pharisiens c’est les purs et durs de la pureté. On rigole pas avec eux, c’est comme des talibans. Chez ce pharisien débarque une sorte de mendiante malfamée qui se précipite auprès de Jésus, elle pleure sur ses pieds, elle lui essuye les pieds avec ses cheveux (elle était pas voilée). Et voilà que Jésus ne la repousse pas, ne la renvoie pas. Et Jésus se met à faire la leçon au Pharisien :
    
— Tu vois, tu ne m’as pas accueilli avec une bassine d'eau pour mes pieds, elle m’a donné ses larmes. Tu ne m’as pas embrassé quand je suis arrivé, elle a embrassé mes pieds. En un mot, Jésus lui a dit qu’elle valait plus que lui, parce qu’elle avait mis du coeur dans cette rencontre, alors que le Pharisien n’avait mis que de l’apparence dans ce dîner.

    Mais les disciples ne comprenaient pas Jésus. Alors il leur a dit :

    — On vous a toujours dit “aime ton prochain et haïs ton ennemi.” Mais moi je vous dis : “Aimez vos ennemis, priez pour ceux qui vous persécutent. Si vous aimez seulement ceux qui vous aiment, qu’y a-t-il là d’extraordinaire ? Soyez extra-ordinaire, comme Dieu est extra-ordinaire !”
    Un autre jour, Jésus était en ville, il a choisi d’aller manger chez Zachée. Tout le monde savait que c’était un collabo et un escroc. Il se faisait un blé pas possible en levant les impôts pour les Romains. Jésus l’a vu et il s’est invité chez lui. Après cela, Zachée a rendu de l’argent au gens qu’il avait escroqué et il est devenu honnête. 

— Tu vois Elkaïm, Jésus ne se comportait comme personne d’autre. Il était vrai avec tout le monde, il ne mettait pas de barrières dans ses relations. Tout le monde était important pour lui, même ceux que tous les autres mettaient de côté. Evidemment, il ne s’est pas fait que des amis avec ça. Mais il avait ses amis proches, ses disciples, qui essayaient de faire comme lui. Ça a duré trois ans comme ça.
    Ses disciples lui ont encore demandé comment il faisait pour aborder tout le monde, sans tenir compte des usages et des bonnes manières. Alors Jésus leur a dit : 

    — Je fais la volonté de mon Père qui est au ciel, et je vous donne un commandement nouveau: “Aimez-vous les uns les autres; comme je vous ai aimés, vous aussi, aimez-vous les uns les autres.”
    Et il disait encore : “Je suis venu, non pour être servi, mais pour servir et donner ma vie.”
ou encore : “Quiconque veut être grand parmi vous, qu'il se fasse serviteur des autres.” “Car il n'y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis.”

    Et Jésus a décidé de monter à Jérusalem pour fêter la Pâques avec ses disciples. Il est allé au Temple pour prier. Mais, il a été scandalisé par le bazar, le souk qu’il y avait. Il a voulu faire sortir les vendeurs d’animaux et les changeurs de monnaie. Il y a eu une bagarre. Il s’en est sorti de justesse avant que la police du Temple n’arrive. Mais c'est depuis ce moment-là, que la police du Temple a essayé de l’arrêter. Il y avait trop de monde qui venait l’écouter. Ça gênait les autorités. Les chefs juifs avaient peur des Romains. Les Romains avaient peur d’une révolte.
    Et Jésus, là au milieu, ne semblait pas se faire de souci. C’est comme s’il avait eu son plan. Jésus a réuni ses disciples pour le repas de la Pâques. Il a partagé avec eux le pain et le vin en leur disant :
    
— Souvenez-vous, comme je vous donne ce pain et ce vin, je vais donner mon corps et mon sang. Je donne ma vie pour vous. A ce moment ses disciples n’ont rien compris.
    Après le souper, Jésus est venu ici, dans ce jardin de Gethsémané. Et c’est là, la nuit, qu’il a été arrêté. Il a été conduit devant les autorités du Temple qui voulaient sa mort. Alors il l’ont conduit au matin vers Ponce Pilate, le procurateur de Judée, le gouverneur romain de la région. Ponce Pilate, qui craignait une révolte, a proposé à la foule de relâcher un prisonnier, soit Jésus, soit Barrabas, un meurtrier. Et bien la foule a choisi Barrabas. Et Jésus a été emmené à Golgotha et il a été crucifié là-bas, entre deux autres brigands.

    Ça a été terrible pour tous les disciples. C’était la fin de tout pour eux, comme un tremblement de terre. Comme le jour qui devient nuit. On avaient exécuté leur Seigneur. 

    — Mais alors, tout était fini ? demande Elkaïm à son père

    — C’est ce qu’ont cru les disciples. Trois jours plus tard, ils pleuraient tous dans la maison où ils avaient partagé le dernier repas avec Jésus, quand les femmes du groupes sont revenues du cimetière pour dire que le tombeau était ouvert, que le corps n’était plus là. Marie-Madeleine a même dit qu’elle avait vu Jésus vivant et lui avait parlé. 

    — Tu veux dire que Jésus était ressuscité ?
    
— J’avais 3 ans à cette époque. Moi je n’ai rien vu de cela. Mais ce que j’ai constaté, c’est que ces hommes et ces femmes désespérés se sont comme réveillés. Ils sont devenus plein d’énergie, de joie, d’enthousiasme. Il s’est vraiment passé quelque chose pour qu’ils soient transformés de cette façon !
    Ils se sont mis à annoncer partout que ce Jésus que les autorités avaient mis à mort, avait été ressuscité par Dieu, que Jésus est vivant pour toujours. Pendant quelques semaines, Jésus s’est manifesté à ses disciples, à Pierre, à Thomas qui ne pouvait croire sans voir. Et puis après 40 jours, ses disciples l’ont vu monter au ciel, rejoindre son Père. A la Pentecôte, les disciples ont reçu une force nouvelle qu’ils appelaient l’Esprit de Jésus, ou le saint Esprit.
    Et les disciples ont appelé au baptême pour recevoir cette même vie de Jésus. Et ils se sont mis à vivre d’une manière nouvelle, on voyait qu’ils s’aimaient les uns les autres et cela donnait envie à tout le monde de vivre comme eux. Ils étaient libres, comme Jésus était libre. Ils pouvaient parler avec tout le monde, ils pouvaient manger avec tout le monde. Tout à coup le monde était différent, joyeux.
    Enfin, ça a été joyeux jusqu’à ce que les autorités se mettent à les arrêter et à les emprisonner. Ils ont même lapidé certains d’entre eux, Etienne par exemple. Alors les disciples — et beaucoup des nouveaux disciples — sont partis en Samarie, en Galilée et là ils ont aussi annoncé la bonne nouvelle. Plus ils devaient fuir, plus l’Evangile était annoncé loin.
    Il y avait, parmi les persécuteurs, un jeune pharisien qui s’appelait Saul. Il était terrible. Il était là lors de la lapidation d’Etienne, il gardait les vêtements de ceux qui lançaient des pierres. Il avait reçu une nouvelle mission : aller jusqu’à Damas, pour arrêter des chrétiens. Mais sur le chemin de Damas, Jésus est apparu à Saul et lui a demandé : “Saul, Saul, pourquoi me persécutes-tu ?” Saul en est tombé par terre ! Il a compris son erreur et depuis ce moment il est devenu un des apôtres de Jésus. Depuis, il se fait appeler Paul. Alors Paul s’est mis à prêcher le Christ, crucifié et ressuscité. Il était plus convaincant que tous les autres. Les disciples ont continué à prêcher aux juifs de Judée et de Galilée.
    Paul s’est mis à voyager, de synagogue en synagogue. Il est allé d’Antioche en Syrie à Ankara, à Antalya, à Ephèse, à Smyrne, à Troie. Puis il a traversé vers la Grèce, et passé à Philippes, Thessalonique, Athènes, Corinthe et il est revenu par Chypre. Il est revenu quelques fois à Jérusalem, pour discuter avec les autres disciples et pour apporter l’argent d’une collecte, pour soutenir l’Eglise de Jérusalem qui était toujours persécutée.
    Et puis, comme il ne pouvait aller partout ou retourner dans les Eglises qu’il avait créées un peu partout, il s’est mis à leur écrire des lettres. Ce sont devenu des “Collectors”. Chacun les copiait et on se les passait d’une Eglise à l’autre. Paul à écrit des lettres aux Corinthiens, aux Ephésiens, aux Philippiens, aux Colossiens et finalement aux Romains, à côtés de ses lettres personnelles à Timothée, à Tite ou à Philémon. Chaque fois, il expliquait pourquoi Jésus était vraiment le Messie pour les juifs et le Sauveur de tous les humains. Comment il a donné sa vie pour tous les humains, pour que nous soyons en paix avec Dieu.
    A travers Jésus, nous pouvons voir Dieu. Un Dieu qui nous aime, qui nous pardonne, qui nous libère de toutes les étiquettes, qui brise toutes les barrières entre les humains. Paul a dit :
    — “Il n'y a plus ni Juif ni Grec, ni esclave ni homme libre, il n'y a plus ni homme ni femme; car tous vous êtes un en Jésus Christ.” Jésus a donné sa vie pour que l’humanité soit totalement unie, forme un seul corps.
    Et puis Paul s’est fait arrêter à son tour. Comme citoyen romain, il a demandé à être jugé à Rome. Il y a été emmené. C’était son rêve d’aller annoncer l’Evangile jusqu’à Rome. Il paraît qu’il y est mort, il y a une dizaine d’année. Mais sa mort n’a pas empêché l’Evangile d’être annoncé. Il y a des Eglises dans toutes les grandes villes maintenant, même si cela déplait aux empereurs. Personne ne peut plus arrêter l’annonce de l’Evangile. 

    — Alors tu crois que cela va continuer ? Tu crois qu’il y aura toujours des chrétiens ? demande Elkaïm.

    — Je crois que le message de Jésus est un vrai message de vie : qu’y a-t-il de mieux que de s’aimer les uns les autres ? Mais je pense aussi que tout est remis en jeu à chaque génération. Chaque génération doit transmettre le message à ses enfants et le mettre en pratique. Si une génération s’arrête, tout peut s’arrêter... Mais que serait un monde sans amour ?
    Voilà pourquoi j’ai voulu t’emmener ici, Elkaïm, sur cette colline. Pour te raconter l’histoire de notre peuple et celle de Jésus. J’aimerais que tu apprennes à le connaître, et qu’à ton tour tu racontes cette histoire à tes enfants et aux enfants de tes enfants. J’aimerais qu’on aime encore Jésus, dans 1'000 ans, dans 2'000 ans et plus loin encore...

    © Jean-Marie Thévoz, 2012

  • Conte : L'affranchi

    10.1.2010

    Conte : L'affranchi

    Télécharger en pdf : P-2010-1-10.pdf

    Luc 2 : 41-52 Mat 18 : 23-34

    1. L'esclave.

    Il y a trois jours, c'était la fête, la grande fête de la Pâque au Temple de Jérusalem. Depuis, les pèlerins venus de tous le pays s'en sont retournés chez eux; et l'activité normale de la ville vient de reprendre : à l'une des extrémités de la place, des enfants jouent à la marelle et poussent de grands cris, tandis qu'à l'autre bout, sur une sorte d'estrade en bois, on vend des esclaves.

    La marchandise d'écoule bien et le marchand d'esclaves est content. Il ne lui reste bientôt plus qu'une seule tête à vendre : c'est un homme, de 25 ans environ, dont les mains blanches et le corps chétif prouve qu'il est pas rompu au travail des champs, tandis que l'expression de honte qui se lit sur son visage montre qu'il n'est pas accoutumé aux chaînes qui entravent ses mains et ses pieds.

    — Allons, dépêchons-nous, clame le marchand, débarrassez-moi de Thaddée, esclave instruit, exceptionnellement intelligent et capable.

    — Trop intelligent, gouaille un riche commerçant qui passe. Tu sais bien que Thaddée était, hier encore, intendant du palais du roi Hérode Antipas, auquel il a escroqué des sommes énormes. Il serait capable de me ruiner, si je lui confiais la moindre de mes affaires.

    — Achetez-moi Thaddée à n'importe quel prix ! On va fermer la vente. Qui fait une proposition, crie le marchand.

    — Si je l'introduisais dans ma maisonnée, proteste un pharisien à robe blanche, il y mettrait la division. Thaddée est un dénonciateur qui rapportait au roi les peccadilles de ses compagnons de service, afin de gagner ses faveurs. Antipas lui avait remis ses escroqueries, car c'était un serviteur très utile, mais Thaddée a aussitôt tenté d'étrangler un de ses camarades qui lui devait cent deniers ! Dénoncé au roi, Thaddée a été vendu comme esclave; voilà son histoire.

    — Je vous donne Thaddée pour la moitié du prix d'un esclave, gémit le marchand; voyons qui me le prend pour 50 deniers ? 50 deniers, qu'est-ce que c'est, par les temps qui courent ?

    Un étranger au visage balafré s'avance :

    — Pour ce prix, donne-le moi, rugit-il, je l'enverrai crever dans la mine de cuivre que je possède à Chypre. Avec son physique, il ne tiendra pas plus de trois mois !

    Mais un cri perçant s'élève soudain du dernier rang de la foule :

    — Non !

    Tout le monde se retourne pour savoir qui a poussé ce cri : c'est un petit garçon d'une douzaine d'années, aux yeux foncés et aux cheveux en broussaille, vêtu d'une grossière tunique de laine comme en portent les paysans galiléens. Quelques instants plus tôt, on le voyait jouer à la marelle à l'autre bout de la place.

    — Non, répète l'enfant d'une voix aiguë, comme quelqu'un qui appelle au secours. Je ne veux pas qu'il aille aux mines. Je l'achète pour 60 deniers.

    La foule éclate de rire.

    — Je n'ai encore jamais vendu d'esclave à un enfant, ricane le marchand; as-tu seulement de l'argent ?

    Fendant la foule, l'enfant s'avance : des piécettes d'argent brillent dans le pli de sa ceinture.

    — 70 deniers ! gronde l'étranger au visage balafré.

    — 80 deniers ! crie l'enfant en sautant sur l'estrade.

    — 90 deniers ! hurle l'autre.

    — 100 ! crie l'enfant d'une voix brisée par l'émotion, car c'est tout ce qu'il possède. D'un geste, il délie sa ceinture et vide son contenu sur la table du marchand : 100 pièces de bon argent, comme tout le monde peut le constater.

    — Qui dit mieux, qui dit mieux ? répète le marchand qui espère encore faire monter les enchères.

    Mais personne ne dit mieux. L'homme au visage brutal hausse les épaules et grommelle, en s'en allant :

    — Ce misérable ne vaut pas un tel prix !

    — Eh bien, dit le marchand en secouant l'enfant qui, stupéfait de sa victoire, le regarde sans bouger, emmène ton esclave. Il est à toi; voici ton certificat de propriété établi sur un papyrus d'Egypte; prends le bout de sa chaîne.

    Alors la foule voit ce spectacle insolite : Thaddée, un des hommes les plus rusés et les plus redoutés de Jérusalem, offre ses poignets enchaînés à un petit garçon qui, d'un air délibéré, le tire derrière lui comme une brebis que l'on vient d'acheter au marché.

    2. Le racheté.

    Lorsqu'ils sont seuls, Thaddée interroge son nouveau maître :

    — Pourquoi m'as-tu racheté ?

    — Je t'ai racheté, parce que je serai, un jour, un grand chef, qui commandera à des centaines, à des milliers d'hommes. Quand je t'ai vu, si triste, j'ai compris que tu serais le premier de mes serviteurs.

    — Mais tu n'es pas riche, objecte Thaddée. Afin de me posséder, tu as payé une somme énorme pour un petit paysan comme toi.

    — J'ai dépensé tout ce que je possédais, répond calmement l'enfant. C'était un trésor que j'avais reçu à ma naissance. Et comme je viens d'avoir douze ans, mes parents m'ont fait monter avec eux, à Jérusalem, et m'ont remis mon trésor, afin de me permettre d'entrer à l'école des scribes, pour approfondir les saintes Ecritures.

    — Je ne vaux pas le prix que tu as payé pour moi, dit tristement Thaddée; et maintenant, tu n'as plus rien. Comment feras-tu tes études ?

    — Quand je t'ai vu, affirme l'enfant, j'ai compris que tu valais plus que mes études. Je suis content de ne plus avoir d'argent, puisque je possède un serviteur comme toi. Crois-tu en Dieu ?

    — J'y croyais quand j'avais ton âge, murmura Thaddée. Et puis, une chose horrible est arrivée, et je ne peux plus croire.

    — Raconte-moi cela, dit l'enfant avec compassion.

    — Eh bien, il y a environ douze ans, dit Thaddée, je gardais les moutons dans un champ près de Bethléem, en Judée, avec mon père et mes oncles. Or, pendant les veilles de la nuit, un ange nous est apparu, et nous a dit : « Ne craignez point, je vous annonce une bonne nouvelle, qui sera pour tout le peuple le sujet d'une grande joie; c'est qu'aujourd'hui dans la ville de David, le Messie d'Israël est né dans une étable. » alors nous avons couru vers Bethléem où nous avons trouvé les choses telles que l'ange nous les avait dites et nous avons adoré le Sauveur du monde.

    — Mais il n'y a pas là de quoi perdre la foi, interrompt l'enfant, au contraire, tu devrais vivre dans la joie !

    — Hélas, répond Thaddée, mon histoire n'est pas finie. Quelques semaines plus tard, alors que nous gardions nos troupeaux dans le même champ, des cris et des lamentations se sont fait entendre dans la nuit. C'étaient les femmes de Bethléem qui appelaient au secours. Nous sommes vite allés dans la ville, mais nous sommes arrivés trop tard. Tous les petits enfants de Bethléem avaient été massacrés par les soldats du roi Hérode, qui avait appris que le futur roi d'Israël se trouvait parmi eux. L'étable où nous avions adoré le Messie brûlait dans la nuit. Devant la porte, la crèche où l'enfant avait reposé gisait renversée. Au loin nous entendions encore le galop des chevaux des soldats du roi qui s'enfuyaient vers Jérusalem.

    — Je commence à te comprendre, murmure le jeune garçon.

    — Si Dieu permet de telles choses, continue Thaddée d'un air sombre, s'il a laissé tuer son Messie sans arrêter le bras du criminel, c'est qu'il est trop faible pour que sa volonté se fasse sur la terre. A vrai dire, depuis ce jour, je ne crois plus que Dieu existe.

    — Alors, qu'as-tu fait ? interrogea l'enfant.

    — Alors, je me suis enfui de Bethléem, pour entrer au service du roi Hérode le Grand, qui s'était montré plus fort que Dieu. Ce roi qu'aucun scrupule n'arrêtait jamais, quand il s'agissait de défendre son trône. A l'école du vieux roi, j'ai appris la ruse qui est la force des faibles. Après sa mort, je restai dans le palais, au service de son fils Hérode Antipas. En surveillant et en dénonçant mes camarades, j'ai gagné la faveur du roi. D'échelon en échelon, j'ai grimpé jusqu'aux premiers postes; je suis devenu intendant du Palais de Jérusalem… La suite de l'histoire, tu la connais : de la bouche de ceux qui m'insultaient tout à l'heure, tu as entendu le récit de ma chute. Enfant, maintenant, tu sais tout.

    3. L'affranchi.

    Après ces aveux, l'esclave et son jeune maître marchent un long moment sans rien dire. Ils parviennent à un carrefour, juste après l'échoppe de Tubalcaïn, le forgeron. Alors l'enfant s'arrête et contraint Thaddée à revenir en arrière, et le fait entrer dans l'atelier du forgeron.

    — Je n'ai rien pour te payer, dit-il à Tubalcaïn avec une grande fermeté, mais je veux que tu me rendes service ainsi qu'à mon esclave : coupe ses chaînes qui entravent ses mains et ses pieds.

    — Ce n'est pas l'usage, jeune maître, objecte Tubalcaïn; ton esclave pourrait facilement se sauver.

    — Tant pis, qu'il se sauve, réplique l'enfant. Je ne veux plus posséder d'esclave. Je veux affranchir celui-ci.

    — M'affranchir ! s'écrie Thaddée, stupéfait, mais tu viens de dépenser toute une fortune pour me racheter ! N'as-tu pas dit que j'étais le premier des nombreux serviteurs auxquels tu commanderais un jour ?

    — Je veux que tous les hommes viennent à moi, rétorque le petit garçon, mais ce ne sera pas par la contrainte. Si tu restes mon esclave, tu seras forcé de m'obéir.

    » Allons, coupe ces chaînes ! ordonne-t-il au forgeron d'un ton qui n'admet plus la discussion.

    Et Tubalcaïn s'exécute.

    Lorsque le travail est terminé. Thaddée ne bouge pas. Il ne sait pas que faire de sa liberté. « Où irais-je ? se demande-t-il. Je viens de trouver un maître, mon premier ami sur la terre et je suis déjà en train de le perdre. » Il regarde, perplexe, ses poignets et ses chevilles où les chaînes ont laissé la marque rouge de la honte.

    Mais l'enfant est déjà loin. Par la porte, Thaddée l'aperçoit encore, qui court, qui rit, qui bat des mains, qui se retourne et lui crie :

    — Au revoir, Thaddée. Je suis si content que tu sois libre; on se retrouvera peut-être un jour.

    4. L'adoptif.

    Au moment où l'enfant allait disparaître, Thaddée, réalise qu'il risque de ne plus jamais le revoir, alors, il se met à courir après lui et rattrape l'enfant.

    — Ne me laisse pas seul, je t'en prie, crie Thaddée. Je veux rester avec toi. Je te servirai volontairement.

    L'enfant ne dit rien, mais tend sa main à l'esclave, et Thaddée place sa grande main d'homme dans la petite main du jeune garçon, avec la confiance d'un fils envers son père.

    — Je te suivrai, dit-il, partout où tu iras.

    — Dans ce cas, dit l'enfant, que rien décidément ne semble étonner, je ne t'appellerai plus mon serviteur, mais mon ami. Viens, allons raconter tout cela à mon Père.

    Et il entraîne Thaddée vers la Ville-Haute, où se trouvent les demeures des gens riches et le Temple de Dieu.

    « Serait-il le fils d'un prince, venu vers moi sous le déguisement d'un paysan ? se demande Thaddée. Va-t-il me présenter à son père, non comme un esclave, mais comme un ami ? »

    De la part de cet extraordinaire garçon, on peut s'attendre à tout n'est-ce pas ?

    Mais au prochain carrefour, l'enfant bifurque vers la droite et se dirige vers le Temple de Dieu. Ils traversent en diagonale le célèbre parvis entouré de portiques, ils gravissent les degrés qui, de la Belle Porte, conduisent à la Cour des Femmes, puis à la Cour des Hommes d'Israël.

    Ils montent encore quinze marches et franchissent la porte qui donne accès à la Cour des Prêtres. Puis ils contournent l'autel des sacrifices et s'arrêtent devant l'entrée du Lieu Saint. Au fond du sanctuaire obscur, on aperçoit le somptueux rideau qui voile le Lieu très saint, où le Grand Prêtre lui-même ne pénètre qu'une fois par an, le Jour des Expiations.

    « Nous sommes arrivés chez mon Père » murmure l'enfant et Thaddée remarque qu'une lumière étrange se répand sur le visage de l'enfant. Au-delà du voile, le jeune garçon paraît contempler quelqu'un que les yeux de Thaddée ne peuvent pas voir. Il s'entretient avec cet être invisible car, de temps à autre, ses lèvres remuent.

    Alors d'une voix très douce et très ferme, l'enfant se met à parler, si distinctement que Thaddée ne perd aucune de ses paroles :

    « Père, dit-il, je t'amène Thaddée, mon ami. Il a beaucoup péché, mais il a aussi beaucoup souffert. Quand il avait mon âge, il a perdu la foi. Il a été scandalisé parce qu'il a cru que j'étais mort sous l'épée des soldats du roi Hérode. Mais voici, ô Père, je suis vivant, car tu m'as arraché merveilleusement des mains de mon bourreau.

    » De la même manière, Père, je viens d'arracher Thaddée de la main de Satan, qui l'avait réduit en esclavage. Je l'ai racheté et je l'ai affranchi de toute obligation envers moi, envers tout homme, et même envers toi, mon Père et mon Dieu.

    » Cependant, ô Père, cet homme libre a choisi volontairement de me suivre. En conséquence, je te demande, moi ton Fils unique, d'adopter Thaddée pour ton enfant, comme s'il était ton propre fils. Je veux que là où je suis, il soit aussi avec moi, et qu'il devienne mon frère pour toujours. Je puis réclamer de toi cette faveur, ô mon Père, puisque j'ai payé pour lui le prix de sa rançon. »

    Dans le grand silence qui suit cette prière, aucune voix venant du ciel ne se fait entendre, mais une aube merveilleuse se lève dans le cœur de Thaddée : les doutes, les rancoeurs, les traces de sang que l'horrible massacre de Bethléem avait laissés en lui s'effacent, comme se dissipent les fantômes d'un cauchemar au lever du soleil.

    Ce que Thaddée ressent maintenant, à l'intérieur de son coeur, c'est une présence rassurante et chaleureuse. Il découvre la tendresse paternelle et le pardon de Dieu. De son cœur tout gonflé de reconnaissance, des paroles jaillissent et montent à ses lèvres qui n'avaient jamais pu prier : « Mon Père, dit son cœur, mon Père, je suis ton fils, et cependant je suis indigne d'être appelé ton fils… »

    5. Le fils.

    Des cris viennent tirer Thaddée de sa contemplation. Il frissonne et réalise que l'enfant n'est plus à son côté.

    Il se retourne et l'aperçoit, là-bas, au pied des escaliers, dans la Cour des Femmes, au milieu d'un groupe agité de scribes et de docteurs de la Loi, qui parlent tous à la fois.

    Il croit que son ami est en danger et se précipite à son secours, mais s'arrête soudain quand il comprend la cause de cette agitation.

    Au milieu de la foule, un paysan galiléen, de toute évidence le père du petit paysan, le secoue d'importance :

    — Hé, Jésus, gronde-t-il, mon enfant, comment as-tu pu agir de la sorte avec nous ? Tu as disparu sans rien nous dire et tu as même perdu le trésor des mages que nous t'avions remis. A douze ans, je croyais que tu méritais ma pleine confiance. Tu ne nous avais jamais déçus. Adieu tes études, maintenant ! Nous te ramenons à Nazareth. Je te ferai charpentier, comme moi !

    La mère de Jésus l'embrasse et caresse ses cheveux en broussaille en pleurant :

    — Mon petit, lui dit-elle, te voilà retrouvé. Ton père et moi, nous te cherchions depuis trois jours dans une grande angoisse.

    Entre son père et sa mère, le petit garçon n'est plus aux yeux de Thaddée qu'un vrai gamin qui, le matin encore, jouait à la marelle sur la place, en poussant de grands cris de joie.

    Cependant, dans le brouhaha des retrouvailles, la voix de l'enfant s'élève soudain, si nette, si calme, que tout le monde, par respect, se tait :

    — Pourquoi me cherchiez-vous ? dit-il à ses parents. Ne saviez-vous pas qu'il faut que je m'occupe des affaires de mon Père ?

    Les docteurs de la Loi hochent la tête, Joseph lève les yeux au ciel, Marie baisse les siens vers la terre, mais de toute évidence, personne ne comprend ce que veut dire Jésus.

    Seul Thaddée comprend : « Les affaires dont parle Jésus, se dit-il en lui-même, tandis que l'enfant, encadré de ses parents, s'éloigne docilement, sont les affaires de Dieu, qu'il a chargé son Fils d'administrer : il libérera tous les esclaves en payant le prix de leur rançon. »

    Au moment où il allait disparaître, Jésus se retourne vers Thaddée et son sourire d'enfant signifie : « Tu m'as compris, Thaddée, mon frère, mon ami; un jour je reviendrai te chercher. »

    6. L'attente.

    Thaddée, le racheté, l'affranchi, le frère du Seigneur, le fils adoptif de Dieu, attend avec patience que son Messie vienne le chercher.

    Renonçant à la ruse et à la richesse, il se rend en Galilée et met ses connaissances au service de ses frères, en ouvrant à Capernaüm, près de la synagogue, une boutique d'écrivain public.

    Pour une obole, il rédige les lettres de ceux qui ne savent pas le faire. En pensée, il suit son petit Messie, qui doit grandir d'année en année, en sagesse, en stature et en grâce.

    Et les années s'écoulent. Thaddée a maintenant plus de 40 ans. Comme les hommes justes et pieux de sa génération, il attend encore la consolation d'Israël et interroge du regard tous les jeunes hommes qui passent devant sa boutique en se demandant : « Est-ce lui ? ».

    Un jour comme les autres, Thaddée est assis à son pupitre et il écrit. Et voici qu'une main se pose sur son épaule. Thaddée lève les yeux, et il sait. Une voix, dont il reconnaît le timbre assuré, l'appelle : « Toi, suis-moi. » Le cœur de Thaddée fait un bond dans sa poitrine et il sait ce qu'il doit faire.

    Il range soigneusement les papyrus et les stylets qui encombrent sa table. Il se lève, secoue son vêtement, prend son manteau, sort dans la rue, ferme la porte derrière lui et, sans regarder en arrière, il suit volontairement Jésus son maître.

    D'après le récit de André Trocmé, dans Des anges et des ânes, Genève, Labor et Fides, 1965, p. 47-58.

    © Jean-Marie Thévoz, 2010, pour l'adaptation.

  • Conte de Noël : Les trois brigands

    24.12.2009

    Les trois brigands

    Il était une fois… un soir de Noël, un garçon qui retenait ses larmes et reniflait en silence dans la manche de son pyjama.

    — Au revoir, mon petit, lui disent ses parents ; quand nous reviendrons, tu dormiras bien. Et, demain, nous pensons que le Père Noël sera passé. Et les parents partent pour l'office de Noël.

    Christophe, un petit garçon de dix ans, entend la porte se fermer; le traîneau est prêt dans la cour et les chevaux sont très mécontents d'être dérangés la nuit. Alors Christophe se lève de son lit, pour regarder par la fenêtre le traîneau partir. En levant les yeux au-dessus de l'horizon, il remarque un astre très brillant : « Evidemment, se dit-il, c'est l'étoile de Noël; et d'ailleurs, mes parents sont partis de ce côté. » Il réfléchit : « Mais si c'est l'étoile de Noël, je dois bien pouvoir la suivre, moi aussi; et alors, j'irai voir le Seigneur Jésus. » Puis il réfléchit encore : « Si je vais voir Jésus dans la crèche, il me faut un cadeau. Qu'est-ce que je pourrais lui donner ? » Il cherche la chose la plus précieuse pour lui et choisit un soldat de plomb de sa collection. « J'en ai encore un dont le fusil n'est pas abîmé. » [les soldats de plomb d'autrefois, sont comme les WarHammer d'aujourd'hui].

    Christophe est devenu tout joyeux à l'idée d'aller voir le petit Jésus, mais en même temps, il se souvient des recommandations de ses parents; alors il se dit : « Je suis raisonnable, je n'oublie pas de mettre mon bonnet sur mes oreilles, je prends mes gros souliers, mon manteau et mon écharpe. » Et le voilà parti tout seul dans la neige, suivant l'étoile, ses pieds laissant leur petite trace. Il trouve bientôt que l'étoile est plus haute dans le ciel : « Bien sûr, j'approche du but. »

    Au fait, allait-il bien exactement à Bethléem ? Peut-être pas; mais l'étoile ne pouvait pas se tromper.

    * * *

    Or, il y avait dans cette contrée, cette nuit-là, trois brigands qui rentraient à cheval de la petite ville voisine. Ils avaient profité de ce que les gens faisaient la queue dans les magasins et devant les beaux étalages de cadeaux pour visiter les maisons vidées de leurs habitants. Ils avaient ramassé de pleins coffrets de bijoux dans les maisons de la ville et revenaient bien contents. Enveloppés dans leurs grandes pèlerines, ils cachent précieusement leurs coffrets; et, tout en surveillant le trot silencieux des chevaux dans la neige et les bruits légers qu'apporte le vent, ils écoutent avec satisfaction le tintement de l'or et des bijoux scandant leur marche. Tout en faisant de grands projets avec leurs nouvelles richesses, ils portent en eux l'inquiétude de ceux qui savent avoir mal fait. Ils jettent des coups d'œil, à droite et à gauche, angoissés d'être vus ou poursuivis. Tout bruit, tout mouvement les font tressaillir.

    Pendant ce temps, Christophe avance sur le chemin. Il doit lever haut les pieds pour sortir ses gros souliers de la neige à chaque pas. La marche est lente et difficile. L'étoile est toujours devant lui, un peu plus haute, sa lumière se réfléchit sur la neige. Il trouve son cheminement difficile, mais il pense à ce qui l'attend, au bout du chemin, aussi brave-t-il le froid et la fatigue, courageusement. Au loin, bientôt, il verra le bébé, avec Marie et Joseph. Pour continuer vaillamment, il se rappelle le récit qu'on lui a raconté, année après année, devant le sapin, à la maison. Cette fois, ce sera en vrai. Il faut continuer.

    De leur côté, les cavaliers avancent. Et ils voient les traces de pas, petites et rapprochées dans la neige fraîche. En quelques foulées, les brigands ont rattrapé l'enfant. Ils sont bien embarrassés. Voilà un témoin gênant de leur passage qu'il faudra éliminer, pensent-ils. Ou peut-être une source de profit si ses parents sont riches ?

    Christophe entend le trot des chevaux, puis voit les trois cavaliers surgir à ses côtés dans la lumière des étoiles réfléchies sur la neige. Lorsque le premier cavalier allume une lampe et braque le faisceau lumineux dans ses yeux, Christophe a un peu peur. Ses parents lui avaient bien dit… Mais, ils sont trois. Et ils vont dans la même direction que lui, pas de doute, ils suivent aussi l'étoile, c'est bien eux. Alors quand un des cavaliers lui dit : « Alors, le gosse, tu viens ? » Christophe se dit qu'à cheval, il ira bien plus vite.

    Et le voilà monté sur le cheval du premier bandit, moins étonné au fond que ce brigand endurci voyant le petit garçon se pelotonner contre lui avec confiance, dans la grande pèlerine où il fait chaud. « D'ailleurs, se dit Christophe qui sent dans son dos l'arrête d'un coffret, et qui entend le bruit des pièces d'or, pas de doute : c'est leur cadeau. »Il ne s'inquiète donc pas trop de voir que l'homme éteint sa lampe; et il serre bien fort dans sa poche le petit soldat de plomb, tiède et familier. Alors, épuisé par sa marche dans la neige, il s'endort.

    * * *

    On le réveille devant une vieille maison, en pleine campagne. L'étoile est encore montée, elle est là, bien haut dans le ciel maintenant. Cette maison — il faudrait plutôt parler d'une bergerie, avec ses murs de pierres sèches et sa porte en bois — cette maison sert de refuge et d'habitation aux brigands. C'est juste une pièce qu'ils partagent avec les animaux. Cela sent la pauvreté et la dureté.

    Dans la maison, Christophe découvre la pièce unique où habitent les brigands, avec une vache et un mouton; et puis, il y a aussi une femme qui tient son bébé dans les bras. La maison sent plutôt mauvais. « Tout cela n'a rien d'étonnant », se dit Christophe qui se demande quand même : « Mais où est l'âne et où est Joseph ? » Il est rappelé à la réalité par le brigand qui sort son coffret de sous sa pèlerine et le pose devant la femme. Il y a un grand silence. Depuis des années, ils n'ont pas réussi un coup pareil; et la femme semble émerveillée.

    Alors Christophe n'y tient plus. Serrant bien fort une dernière fois son cher soldat de plomb avec son fusil intact, il se précipite à genoux devant la femme et le petit enfant, et s'écrie : « Seigneur Jésus, je n'ai pas de jolis bijoux ni d'or à t'offrir mais ce que j'ai, je te le donne. » Et il pose le petit soldat de plomb dans la petite main du bébé, qui le prend et se met à l'agiter.

    Les trois brigands ne disent rien. Ils savent que c'est la nuit de Noël, le temps des réveillons, des sapins et des crèches. La femme non plus ne dit rien. Tous ont compris, mais restent immobiles, ils ne savent pas comment réagir ni que dire. Christophe commence à s'étonner dans le silence. Décidément, ils n'ont pas l'air content. Et il se demande s'il n'a pas fait quelque chose de faux. Après tout, il n'y avait pas de petit garçon à Bethléem; et puis, se met-il à penser, le Seigneur Jésus pourrait bien ne pas aimer les petits soldats, surtout avec des fusils. Alors, brusquement certain d'avoir « raté » son affaire, il éclate en sanglots et dit à la femme « J'aurais bien voulu vous faire plaisir, et je n'ai pas pensé que le Seigneur Jésus n'aimait pas la guerre et les soldats. Alors je ne sais pas, moi…» Et il pleure à chaudes larmes.

    Mais la maman se lève, prend le petit garçon dans ses bras, le serre très fort en lui disant, un grand sourire illuminant son visage : « Mon petit garçon, ce que tu nous as apporté ce soir, tu ne le sais pas, mais personne d'autre sur la terre ne pouvait nous le donner. »

    « Alors, dirent les hommes, on remporte ? » Et ils prennent le petit garçon, encore tout ému; puis jouant le jeu lui disent : « Nous repartons en Orient, on va te ramener chez toi. »

    Il était tout naturel qu'on passe par chez lui. En route, on ne dit rien. Mais bientôt paraît la maison, ses arbres, et Christophe se met à penser à l'Orient, aux pays parcourus par ses trois grands compagnons.

    — Vous êtes venus de très loin ?

    — Oui, mon petit, nous venons de très loin. Et maintenant, va vite chez toi, et remets toi au lit avant que tes parents ne rentrent, sinon ils seront fâchés. Quand tu raconteras ta visite au Seigneur Jésus, dis que tu l'as rêvé, mais rappelle-toi que toi et nous, nous l'avons bien vu ce soir.

    Et Christophe ôte ses gros souliers tous froids et mouillés dans l'entrée, dépose son manteau, son écharpe et son bonnet au portemanteau et monte se coucher dans son lit. Il s'endort avec un sourire sur les lèvres et le cœur content, tout illuminé de joie. Ça c'était un vrai Noël.

    * * *

    De leur côté, les brigands se sentent bizarres sur le chemin de retour vers la bergerie. Ils ont le cœur léger d'avoir raccompagné le petit chez lui. C'était quand même mieux que de l'assommer et de le laisser pour mort dans la neige. Mais il y a plus que ce soulagement. Et ce n'est pas non plus la gaieté d'avoir un trésor qui les attend à la maison. Non ça ne vient pas de là, parce que ce trésor porte la marque de toutes les tristesses de ceux qu'ils ont dévalisés. D'où vient ce sentiment, cette émotion qui allège leurs cœurs ? Voilà un sentiment nouveau, que leurs cœurs n'ont jamais éprouvé, qui leur donne un cœur tout neuf, un cœur qui leur donne l'élan de commencer une vie nouvelle. « Cela vient de cet enfant », se disent-ils. Que s'est-il passé ?

    Il leur a fait confiance. Il est venu vers eux avec cette assurance des petits enfants qu'il ne peut rien se passer de mal. Que tous les hommes sont bons. Que tous les hommes ont un cœur et peuvent donner. Cela ne leur était jamais arrivé. Personne ne leur fait jamais confiance. Personne ne leur ouvre leur porte, encore moins leur cœur. Personne ne leur a jamais fait un cadeau de tout son cœur.

    Les brigands arrivent à leur cabane, mais rien n'est comme avant. Leur cœur a changé et ils voient — au sourire qui illumine le visage de la femme qui les attend avec le bébé — qu'elle ressent la même chose. Alors ensemble, ils ouvrent le coffret, et font des petits tas avec les bijoux. Puis ils font des petits paquets avec chacun de ces tas.

    Dans le silence, les trois brigands remontent sur leurs chevaux et retournent à la ville. Et dans l'aube naissante de ce matin de Noël, ils déposent les petits paquets qu'ils ont préparés sur les marches des maisons qu'ils avaient cambriolées la veille au soir.

    C'est ainsi que, le matin de Noël, en allant balayer la neige devant leur entrée, les habitants de la petite ville trouvent, dans un petit paquet bien emballé, les trésors qu'ils croyaient perdus à tout jamais. Peut-on imaginer leur étonnement et leur joie ? Peut-on imaginer plus beau Noël ?

    Dans son sommeil, Christophe peut-il rêver d'un plus joyeux Noël ?

    FIN

    adapté et complété par Jean-Marie Thévoz, d'après Etienne Causse, Entre l'Arbre et la Crèche, Ed. La Cause, s.d.

    Titre original du conte : Le petit soldat du Seigneur.

    © Jean-Marie Thévoz, 2009 pour l'adaptation.

  • Conte de Noël : Nicodème a perdu son âne.

    13.12.2009

    Nicodème a perdu son âne.

     

    Mon petit-fils, je vais te raconter ce qui m'est arrivé quand j'avais 25 ans, le double de ton âge.

    Alors que je venais de me mettre au lit, j'entends frapper à la porte et crier:

    — Rabbi Gamaliel, supplie la femme d'un de mes amis, venez vite à la maison, je crois que mon mari est devenu fou ! Il ne fait que chanter et pleurer en répétant toujours la même chose : "Mes yeux ont vu le Roi" et encore : "Je n'avais que ma misère."

    — Ne restez pas dehors, lui dis-je. Entrez et racontez moi tout.

    Et voici ce que me raconte l'épouse de mon ami Nicodème :

    — Vous savez, Rabbi Gamaliel, que Nicodème, malgré son jeune âge — il n'a que 30 ans — est regardé comme l'un des savants les plus capables d'expliquer les textes de la Bible.

    » Or avant-hier, le roi Hérode le fait venir au Palais avec ses collègues de la Grande Synagogue pour une consultation. Le roi leur demande :

    — Dites-moi où doit naître le Messie, le roi, d'après la Bible ?

    » Nicodème et ses collègues se consultent et répondent : "A Bethléem, en Judée."

    » Alors, trois mages venus d'Orient qui se tenaient devant le trône du roi Hérode et qui étaient venus poser cette question au roi s'écrient : "Allons à Bethléem pour rendre hommage au roi des Juifs qui vient de naître, nous avons vu son étoile en Orient."

    » Quand mon mari est revenu du Palais d'Hérode, il était très agité. Hier, il me réveille avant l'aube et me demande de préparer son beau manteau de laine blanche celui bien épais que j'ai tissé de mes propres mains et que je lui ai offert pour notre anniversaire de mariage.

    » Ensuite, il a pris les 50 pièces d'argent qui sont toutes nos économies pour acheter une maison pour nos vieux jours et m'a dit : "Il faut que j'aille, moi aussi, à Bethléem pour voir le Roi des juifs qui doit libérer Israël comme Dieu l'a promis."

    » Et il est allé seller notre âne gris, celui que son père lui a donné pour son commerce. Et il est parti pour Bethléem.

    » Or Rabbi Gamaliel, ce soir, Nicodème vient de rentrer, mais il n'a plus son beau manteau de laine blanche celui bien épais que j'ai tissé de mes propres mains et que je lui ai offert pour notre anniversaire de mariage, sans argent qui sont toutes nos économies pour acheter une maison pour nos vieux jours, et sans notre âne gris, celui que son père lui a donné pour son commerce.

    Maintenant, il grelotte dans sa mince tunique, il est sale et couvert de poussière, mais il ne fait que chanter et sourire. Je crois qu'il est devenu fou. Aidez-moi Rabbi Gamaliel.

    Alors, mon cher petit-fils, je me rends chez Nicodème pour voir de mes propres yeux ce qui se passe. Je le trouve chez lui, marchant de long en large, dans l'état que m'avait décrit sa femme.

    Alors, je lui demande de s'asseoir et de me raconter ce qui s'est passé.

    Et il me raconte :

    — Eh bien, voilà, hier matin, j'ai décidé d'aller à Bethléem pour voir le Roi des juifs qui doit libérer Israël comme Dieu l'a promis dont avait parlé les mages venus d'Orient. Alors je prends mon manteau celui bien épais que ma femme a tissé de ses propres mains et que j'ai reçu pour notre anniversaire de mariage, mon argent qui sont toutes nos économies pour acheter une maison pour nos vieux jours et mon âne celui que mon père m'a donné pour mon commerce pour être digne du roi que je vais rencontrer et je m'en vais.

    Je sors de Jérusalem par la Porte du Fumier où se trouvent les bicoques des pauvres dont le métier est de trier les ordures. Il y a là un mendiant accroupi au bord du chemin qui me crie : "Mon bon Monsieur, j'ai froid, donnez-moi votre manteau".

    » Il grelottait dans l'air du matin, mais je lui réponds, agacé : C'est le beau manteau celui bien épais que ma femme a tissé de ses propres mains et que j'ai reçu pour notre anniversaire de mariage, je ne peux pas te le donner. D'ailleurs, j'ai une mission importante à remplir, je vais à Bethléem pour voir le Roi des juifs qui doit libérer Israël comme Dieu l'a promis, je n'ai pas de temps à perdre avec toi.

    » Comme j'allais continuer mon chemin, je me souviens de la parole du prophète Esaïe "Si tu vois un homme nu, couvre-le" (Es 58:7). et aussitôt j'ai donné mon beau manteau de laine blanche celui bien épais que ma femme a tissé de ses propres mains et que j'ai reçu pour notre anniversaire de mariage, et je continuais ma route vers Bethléem.

    —Tu vois, comment aurais-je pu me présenter devant le Messie, l'envoyé de Dieu annoncé par les prophètes, si je désobéis à leurs commandements ?

    » Quand je suis arrivé près de la fontaine d'En Roguel, un voleur surgit, saisit la bride de mon âne et crie :

    — Donne-moi ton argent !

    — J'ai peur, mais je lui dis : "Je me rends à Bethléem pour voir le Roi des juifs qui doit libérer Israël comme Dieu l'a promis et l'argent que j'ai est pour lui.

    »Est-ce que tu n'attends pas toi aussi que le Messie vienne libérer Israël des Romains ?

    »Laisse-moi mon argent et laisse-moi continuer mon chemin. Le voleur a l'air presque convaincu.

    — Ouais, je me bats contre les Romains et j'attends aussi que le Messie les chasse, mais est-ce que tu n'essaies pas de me raconter des histoires pour t'échapper. Donne-moi ton argent et vite !

    — J'hésite à me battre mais la parole du prophète Esaïe me revient : "L'enfant qui vous est donné, s'appellera Prince de la paix. (Es 9:6). Alors je remets au voleur ma bourse avec les 50 pièces d'argent qui sont toutes nos économies pour acheter une maison pour nos vieux jours et je continue ma route vers Bethléem.

    —Tu vois, comment aurais-je pu me présenter devant le Messie, l'envoyé de Dieu annoncé par les prophètes, si je désobéis à leurs commandements ?

    » Quand je suis en vue de Bethléem, monté sur mon âne, je dépasse un homme qui marche péniblement. Il m'appelle et me dit, avec un fort accent étranger :

    — Je viens de Damas et je me rends à Alexandrie, en Egypte, où mon père est malade, peut-être va-t-il mourir. A force de marcher mes pieds sont blessés, je n'arrive plus à avancer. Prête-moi ton âne, je te le rapporterai à mon retour. Je lui dis :

    — J'ai moi aussi une mission importante à remplir. Je vais à Bethléem pour voir le Roi des juifs qui doit libérer Israël comme Dieu l'a promis.

    — Le Sauveur des Juifs ne me concerne pas, car je suis étranger, réplique l'homme. D'ailleurs Bethléem est si proche et l'Egypte si loin. Prête-moi ton âne.

    » J'allais planter là l'étranger lorsque cette parole des Psaumes m'est revenue : "J'ai vieilli; et je n'ai jamais vu le juste abandonné, toujours il est compatissant, et il prête;" (Ps 37:25-26).

    » Alors je dis à l'étranger : Prends mon âne celui que mon père m'a donné pour mon commerce, je suis rabbi Nicodème de Jérusalem, tu me le ramèneras le plus vite possible.

    —Tu vois, comment aurais-je pu me présenter devant le Messie, l'envoyé de Dieu annoncé par les prophètes, si je désobéis à leurs commandements ?

    » Et c'est ainsi que j'arrivais à Bethléem, sans mon manteau celui bien épais que ma femme a tissé de ses propres mains et que j'ai reçu pour notre anniversaire de mariage, sans mon argent qui sont toutes nos économies pour acheter une maison pour nos vieux jours, sans mon âne celui que mon père m'a donné pour mon commerce, vêtu de ma simple tunique de lin.

    Et je lui demande aussitôt : "Et tu as trouvé le Messie ?"

    — Pas tout de suite, pas tout de suite, car je devais d'abord faire l'apprentissage de la pauvreté.

    » Ma première visite, je l'ai faite au chef de la Synagogue de Bethléem à qui je demande après m'être présenté : "Où est le Messie qui vient de naître ?" Mais quand le chef de la Synagogue de Bethléem me voit aussi misérablement habillé, il ne me croit pas, il me prend pour un plaisantin et me met à la porte.

    » Je suis allé chez tous les notables de Bethléem, mais personne ne m'a pris au sérieux. On se moquait de moi, on m'a menacé, on m'a chassé de partout.

    » Comme la nuit tombait, je suis allé à l'auberge demandant de m'accueillir juste pour cette nuit et de me faire crédit. On m'a répondu qu'un honnête homme ne voyage pas sans argent et sans bagages. Il m'a chassé lui aussi.

    » Je me préparais à dormir dans la rue quand un homme passe près de moi. Il sentait mauvais, j'ai reconnu un de ces bergers qui a l'habitude de dormir dans l'étable avec ses brebis. Je lui ai demandé d'une voix suppliante : "Peux-tu me donner un morceau de pain et m'abriter pour une nuit ? Une botte de paille me suffit." Il m'a répondu :

    — Mais oui, mais pas avant que tu m'aies accompagné à l'étable où dort le petit enfant qui est né avant-hier. Chaque soir, nous allons porter de la nourriture à ses parents, de pauvres Galiléens sans ressources, arrivés pour le recensement. D'ailleurs des anges nous sont apparus pendant les veilles de la nuit et nous ont assuré que cet enfant est le Messie. "Vous trouverez un enfant emmailloté et couché dans une crèche, nous ont-ils dit. C'est à ce signe que vous le reconnaîtrez." (Luc 2:12)

    En racontant cela, Nicodème se remet à marcher de long en large, tout ému, en répétant :

    — J'ai vu le Roi et je n'avais que ma misère !

    Je l'ai interrompu avec impatience :

    — Alors, dis-moi comment était ce roi, Nicodème ?

    — Ecoute, m'a-t-il dit, si j'étais entré dans l'étable avec mon beau manteau celui bien épais que ma femme a tissé de ses propres mains et que j'ai reçu pour notre anniversaire de mariage et ma bourse gonflée qui sont toutes nos économies pour acheter une maison pour nos vieux jours et monté sur mon âne celui que mon père m'a donné pour mon commerce, je n'aurais pas pu croire que le fils de pauvres que je contemplais était vraiment le Messie, le Roi des juifs qui doit libérer Israël comme Dieu l'a promis. Mais parce que les bergers m'avaient pris pour l'un d'eux, parce qu'ils s'étaient poussés pour me faire de la place, parce que Joseph et Marie de Nazareth m'ont accueilli avec bonté, j'ai compris que Dieu n'a pas choisi les sages et les intelligents, les riches ou les puissants, mais les illettrés et les humbles, les pauvres et les faibles pour se manifester à son peuple Israël.

    »Et il m'a demandé si je pouvais comprendre cela.

    Alors je lui ai dit : "Demain matin, je veux aller à Bethléem pour voir cela, allons-y ensemble."

    »Allons nous coucher, lui ai-je dit et partons tôt demain matin.

    * * *

    Tôt le matin, nous nous sommes mis en route, Nicodème et moi. Je me demandais bien ce que j'allais trouver à Bethléem.

    » Mais à peine arrivé à la Porte du Fumier, près de la décharge de la ville, un homme court à notre rencontre. Il interpelle Nicodème : "Rabbi, Rabbi, je suis content de vous retrouver !"

    Mais Nicodème le regarde et l'arrête pour lui demander ce qu'il a fait de son manteau celui bien épais que sa femme a tissé de ses propres mains et qu'il a reçu pour son anniversaire de mariage.

    Et l'homme de lui répondre : "Je l'ai donné au Messie qui vient de naître à Bethléem..."

    Nous étions tout étonné, lui à Bethléem ? mais il continuait :

    — Oui, Rabbi, ton manteau, je pensais d'abord le revendre, car je suis un mendiant professionnel et je trafique avec les choses que l'on me donne. Mais ta bonté m'avait tellement ému que je suis parti à ta recherche pour te rendre ton manteau. Je suis allé jusqu'à Bethléem. Un berger m'a indiqué l'étable où tu avais dormi, mais tu étais déjà reparti pour Jérusalem. Et voici que dans l'étable, je trouve un homme, une femme et un bébé beaucoup plus pauvres que moi. Avant même d'avoir réfléchi à ce que je faisais, je leur avais donné ton manteau. A ce moment, mes yeux se sont ouverts et j'ai compris que l'enfant à qui je venais de donner ton manteau était le Messie dont tu avais parlé. Alors je suis revenu en vitesse pour t'annoncer la bonne nouvelle.

    Tu es tout pardonné lui dit Nicodème et il l'invite à venir avec nous à Bethléem. Et nous repartons à trois.

    C'est à la hauteur de la fontaine d'En Roguel, que nous faisons une deuxième rencontre. Un homme se jette aux pieds de Nicodème et lui demande pardon. C'est le voleur, celui qui avait pris la bourse de Nicodème avec son argent qui sont toutes ses économies pour acheter une maison pour ses vieux jours. Alors Nicodème, dit à l'homme de lui rendre l'argent. Mais l'homme lui dit :

    — Je ne peux pas te le rendre, je ne l'ai plus, je l'ai donné. Quand j'ai ouvert ta bourse, j'ai compris que j'étais riche et que je n'avais plus besoin de voler les gens. J'ai décidé de refaire ma vie ailleurs et j'ai pris la route. Je suis arrivé à Bethléem, j'y ai acheté de beaux vêtements et je suis allé à l'auberge. On m'a très bien reçu, à cause de mon argent. Je me suis retrouvé à table avec trois mages d'Orient et ils me racontèrent une étrange histoire : ils avaient aperçu une étoile du ciel qui leur avait montré le chemin jusqu'à Jérusalem. Puis des indices cachés dans la Bible les avaient conduit jusqu'à Bethléem et la nuit précédente, dans une étable, ils avaient trouvé le Roi des juifs qui doit libérer Israël comme Dieu l'a promis.

    » Alors je me suis dit : "C'est donc vrai ce que m'a dit ce pharisien que j'ai dévalisé, ce n'était pas un conte de fée." Aussitôt je me suis rendu à l'étable où je trouvais les choses comme les mages me les avaient décrites. Avant même d'avoir réfléchi à ce que je faisais, je leur avais donné ton argent. A ce moment, mes yeux se sont ouverts et j'ai compris que l'enfant à qui je venais de donner ton argent était le Messie dont tu avais parlé. Alors je suis venu en vitesse pour t'annoncer la bonne nouvelle.

    — Tu es tout pardonné lui dit Nicodème, et il l'invite à venir avec nous à Bethléem. Et nous repartons à quatre.

    Lorsque nous arrivons à Bethléem, c'est terrible. Ce n'est que cris et lamentations dans les maisons. A nos interrogations, quelqu'un nous crie que le roi Hérode a envoyé ses soldats et qu'ils cherchent tous les bébés pour les tuer. Nous courons vers l'étable, mais nous ne trouvons que des ruines fumantes. Nicodème, le mendiant, le voleur et moi allions nous précipiter dans ces ruines pour retourner chaque pierre quand un étranger nous appelle :

    — C'est toi Nicodème, c'est toi qui m'a prêté ton âne avant-hier ? Pourquoi cherchez-vous parmi les morts celui qui est vivant? (Luc 24:5) Hier, je cherchais un abri pour la nuit et j'ai été accueilli par Joseph et Marie et j'ai passé la nuit dans cette étable avec ton âne gris celui que ton père t'a donné pour ton commerce.

    » Mais à l'aube, Joseph m'a dit qu'il avait fait un rêve et qu'il devait partir tout de suite avec Marie et le bébé pour l'Egypte. Avant même d'avoir réfléchi à ce que je faisais, je leur avais donné ton âne. A ce moment, mes yeux se sont ouverts et j'ai compris que l'enfant à qui je venais de donner ton âne était le Messie dont tu m'avais parlé.

    Ils sont partis avant que les soldats d'Hérode n'arrivent ici et détruisent tout.

    — Tu es tout pardonné lui dit Nicodème.

    Mais nous étions inquiets et pensions à haute voix : "Que peut-on espérer de cette fuite ? Ils ne vont pas survivre au froid et sans argent pour un si long voyage !"

    — Mais non, nous dit l'égyptien, j'ai vu l'enfant enveloppé dans un beau manteau celui bien épais que ta femme a tissé de ses propres mains et que tu as reçu pour ton anniversaire de mariage et j'ai vu que Joseph avait une bourse d'argent qui sont toutes les économies de Nicodème pour acheter une maison pour ses vieux jours et bien sûr Marie était montée sur ton âne gris celui que ton père t'a donné pour ton commerce. Comme cela ils pourront aller jusqu'en Egypte.

    — Je croyais que le Sauveur des Juifs n'intéressait pas les étrangers, lui dit Nicodème.

    — C'est ce que je croyais aussi, mais à l'instant même où je donnais ton âne, mes yeux se sont ouverts et j'ai compris que l'enfant à qui je venais de donner ton âne n'était pas seulement le Roi des Juifs, mais encore le Sauveur de tous les humains.

    * * *

    Ce qui est bizarre, mon petit-fils, c'est qu'un jour, bien des années après ces événements, Nicodème est allé consulter un pauvre charpentier de Nazareth qui était de passage en ville. Nicodème essayait toujours de retrouver le Messie dont il avait perdu la trace depuis trente ans. Ses collègues se moquaient de lui, car il s'obstinait à le chercher parmi les pauvres.

    — Rabbi, demande humblement Nicodème au charpentier, je sais que Dieu t'a envoyé pour nous enseigner. Dis-moi, que faut-il faire pour voir le Royaume de Dieu ?

    Et quand Jésus lui répond : "Il faut que tu naisses de nouveau" (Jn 3:3), il faut que tu recommences ta vie dans la pauvreté, comme si tu n'avais rien, alors Nicodème comprend que sa longue recherche est arrivée à son but, il a retrouvé l'enfant de Bethléem.

    * * *

    Voilà, mon petit-fils, l'histoire de Nicodème, mon ami de jeunesse qui m'avais entraîné à Bethléem. Je me demande bien ce qu'est devenu ce Jésus que Nicodème prenait pour le Messie.

    — Et bien quand je serai grand, moi, j'écrirai l'histoire de ce Jésus !

    — Pourquoi pas, Matthieu, pourquoi pas !

    FIN

    adapté d'après le conte d'André Trocmé "Nicodème", in Des anges et des ânes, Genève, Labor et Fides, 1965.

    © Jean-Marie Thévoz, pour l'adaptation.

  • Jean 15. Wall-e, une parabole biblique !

    Jean 15wall-e2.jpg

    28.9.2008
    Wall-e, une parabole biblique !
    Gn 8 : 6-12    Jean 13 : 34-35    Jean 15 : 12-13

    Culte d'accueil des nouveaux catéchumènes (10-11 ans)


    Nous allons parler d'un film qui passe chez nous depuis le mois d'août, et on va voir que les créateurs de film, que le cinéma actuel puise une partie de ses idées dans la Bible.
    — Qui d'entre vous, parmi les jeunes et les catéchumènes avez-vous vu le film "Wall-e" ? (Help Wall-e)
    Une quinzaine de mains se lèvent.
    — (aux catéchumènes) Comme toute l'assemblée n'a pas vu le film, vous allez m'aider à leur faire découvrir ce film et ses personnages. (à l'assemblée) Pour vous familiariser avec les personnages, vous pouvez feuilleter la brochure "Recycling guide" que vous trouvez dans les bancs. (aux catéchumènes) Alors, comment est la terre au début du film ?
    — Elle est couverte de déchets.
    — Qui y habite ?
    — Il y a Wall-e, un robot qui doit nettoyer la terre. Il fait des cubes avec les déchets et ensuite il les entasse et fait des tours.
    — Oui, on dirait des tours de Babel ! Et est-ce que Wall-e a des amis ?
    — Il y a Hal, un cafard, mais c'est le seul.
    — Ah ! mais où sont passés les humains ?
    — Ils sont tous partis dans un vaisseau spatial.
    — Oui, il n'y en a plus un seul sur la planète. Mais quelqu'un arrive qui va changer la vie de Wall-e, qui est-ce ?
    — C'est Eve, un petit robot tout blanc; elle vient chercher de la vie sur la terre. Et Wall-e tombe amoureux d'Eve.
    — Oui, c'est tout juste. Je vais résumer la suite, parce qu'on n'a pas deux heures devant nous pour raconter le film !
    La mission d'EVE (Evaluateur de Vie Extra-terrestre) — tient, un nom biblique — est de trouver des plantes sur la terre pour voir si la planète a repris vie et si les humains peuvent revenir sur terre.  Eve a donc exactement le même rôle que la colombe qui cherche le rameau d'olivier dans l'histoire de l'arche de Noé. La terre n'est pas sous l'eau, mais sous les déchets et les humains sont dans un vaisseau spatial — appelé Axiom— forme moderne de l'arche.
    Ayant trouvé une plante et rempli sa mission, Eve pour rejoindre le vaisseau Axiom, mais Wall-e s'est accroché à la fusée qui emmène Eve, toujours aussi amoureux. Eve doit rapporter la plante trouvée sur terre et la placer dans l'incubateur central du vaisseau spatial pour que celui-ci reprenne la route de la terre.
    Il y a là 1'000 péripéties et événements très drôles, mais surtout un ordinateur central qui veut à tout prix empêcher le retour sur terre. Il essaie donc par tous les moyens d'empêcher Eve et Wall-e de déposer la plante dans l'incubateur.
    Eve et Wall-e ont un allié dans la personne du capitaine du vaisseau qui a découvert, par vidéo, ce qu'était la terre avant le déluge de déchet. Il veut revenir sur terre, parce qu'il y voit la vraie vie. Il dit à l'ordinateur central : "ça ne m'intéresse pas de survivre, je veux vivre." Le capitaine arrive — dans un combat contre l'ordinateur central — à ouvrir l'incubateur pour recevoir la plante.
    Il faut imaginer un décor à la James Bond, avec une sorte de tourelle, en forme de champignon, qui sort du plancher. L'ordinateur commande à la tourelle de redescendre dans le sol, mais Wall-e s'interpose de tout son corps sous le bord de la tourelle. Et de toute la force de ses petits bras, il essaie de la retenir de descendre, mais il se fait écraser, en attendant qu'Eve apporte la plante. De son côté, Eve doit se démener pour la récupérer. On voit ce pauvre Wall-e lutter de toutes ses forces et son corps, pardon son boîtier, se faire écraser.
    Quand enfin, la plante est placée en sécurité et que le vaisseau va pouvoir rentrer sur terre, on voit Wall-e tout aplati, tout déglingué, comme mort. Mais il a sauvé tous les humains du vaisseau qui retourne maintenant sur terre. Eve prend soin de Wall-e, quasi mort. Une fois sur terre, elle va lui trouver des pièces de rechange.
    Si vous comprenez pourquoi Wall-e est d'accord de lutter contre l'ordinateur central et de se laisser écraser par la tourelle pour l'empêcher de redescendre, alors, vous comprenez aussi pourquoi Jésus a été d'accord de lutter contre ce qui nous empêche de vivre et de se laisser clouer sur une croix !
    Après que Wall-e a été tout écrabouillé, il se passe encore quelque chose. Eve le répare, elle change quelques pièces, mais Wall-e n'est plus le même. Il n'est plus qu'une machine qui reprend son travail. Finit son amour pour Eve, il est sans âme !
    Là, notre cœur se serre. Ça n'a plus de sens si Wall-e est juste un robot. Le Wall-e qu'on aime, c'est celui qui est amoureux d'Eve. Sans amour, Wall-e n'a plus d'âme, il n'est plus lui-même !wall-e3.jpg
    Je crois que c'est la même chose pour nous. La vie n'est pas la vie, sans amour, sans amitié. Nous ne sommes pas fait pour être des machines, juste pour manger, travailler et dormir (métro, boulot, dodo). "Ça ne m'intéresse pas de survivre, je veux vivre" disait le capitaine. C'est aussi ce que Jésus est venu nous dire : des personnes sans âme et sans amour, ça ne vaut pas la peine ! C'est dans ce sens-là que Jésus nous dit : "Aimez-vous les uns les autres." Pas pour nous obliger à être gentils les uns avec les autres, mais pour nous inviter à mettre dans nos vies la danse qui donne du sens et de la couleur à la vie.
    Sans amour, Wall-e n'est qu'une machine sans âme. Sans amour, nous ne serons que des machines sans âme. Jésus a donné sa vie pour que nous comprenions cela, pour que nous ayons accès à la vraie vie, une vie où l'on est aimé, une vie où l'on peut aimer pleinement.

    Amen
    © Jean-Marie Thévoz, 2008